Fécamp

Côte d’Albâtre

Côte normande sur la Manche, le terme fait référence à la couleur blanche des hautes falaises crayeuses constituant la majeure partie de ce littoral.
Hauts murs verticaux de calcaire s’élevant de 60 à 120 m au-dessus du niveau de la mer, les falaises sont par endroits lardées de veines de silex noirs. La mer les attaque et gagne ainsi jusqu’à un mètre par an, rongeant le pied des falaises par vagues incessantes : la partie haute finit par céder, ne reposant plus sur rien.

Fécamp

Au pied des falaises, capitale des Ducs de Normandie, ville étape de la Route des Ivoires et des Epices, Fécamp s’est développée au cœur d’une vallée.

Du Cap Fagnet, culminant à 110 m au dessus de la mer, une vue panoramique exceptionnelle embrasse la ville, le port et les falaises couleur d’albâtre.

  • Il abrite une réserve ornithologique
  • ainsi qu’un patrimoine riche et varié :
    • La chapelle Notre Dame de Salut conserve une série d’ex-voto, offrandes des marins à la vierge
    • Le sémaphore
    • Les blockhaus
    • A quelques pas de ce site exceptionnel : les 5 éoliennes du Cap Fagnet.
  • Palais Bénédictine

D’inspiration gothique et Renaissance, le Palais Bénédictine est depuis plus d’un siècle le lieu unique d’élaboration de la liqueur Bénédictine, exportée à 95 % dans le monde entier.
Le Palais est à la fois le lieu de production de la liqueur Bénédictine et un musée.
Une salle raconte l’histoire de la liqueur et une autre rassemble les quelques 600 contrefaçons dont fut victime la Bénédictine, une des liqueurs les plus copiées au monde. Les plantes sont présentées sous la verrière du Jardin des essences.

La visite du Palais permet de découvrir :

    • La salle gothique dont la charpente a été réalisée par des charpentiers de marine.
    • La salle des Epices consacrée en partie aux différentes plantes et épices rentrant dans la composition de la Bénédictine.
    • La distillerie aux alambics de cuivre martelé, où s’opèrent les distillations et les infusions des 27 plantes et épices qui composent la liqueur Bénédictine.
    • Les caves aux foudres de chêne centenaire où reposent les alcoolats pendant plusieurs mois.


Petite Histoire de la Bénédictine
L’Elixir de Santé de l’abbaye de Fécamp avait été mis au point par le moine vénitien dom Bernardo Vincelli en 1510. Alchimiste et herboriste, il distillait quelques unes des plantes médicinales qu’il trouvait en abondance sur le plateau cauchois. Elle était très appréciée par le roi François Ier de France.
Au fil des ans la recette initiale fut perdue, mais retrouvée en 1863 par un négociant en vin, Legrand lorsqu’il découvrit par hasard des recettes médicinales dans un vieux document. Alexandre Legrand entreprit la création d’un nouveau “élixir de santé” qu’il baptise “Bénédictine”.
La recette actuelle est toujours tenue secrète et il en existe trois exemplaires tenus cachés en trois endroits différents de la planète. Les alambics de cuivre sont ceux d’origine du temps d’Alexandre Legrand. Le moelleux du produit fini nécessite plusieurs processus de distillation et environ deux ans de vieillissement en fût de chêne.
Ses plus gros consommateurs sont les États-Unis, (mélangée avec du cognac : c’est le fameux B&B (Bénédictine & Brandy), la Malaisie et Singapour.


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommez avec modération.

  • Musée d’Art Sacré
    Le Palais Bénédictine abrite un musée d’art sacré qui présente une collection exceptionnelle de peintures, sculptures, émaux, manuscrits, ferronnerie… rassemblée au 19ème siècle par Alexandre Legrand, le fondateur de Bénédictine.
    Il est aussi l’un des plus grands espaces contemporains de Normandie.

Articles publiés dans cette rubrique

lundi 11 octobre 2010
par  gs

Les Saints Roch de Fécamp

Les Saints Roch du Musée d’Art Sacré

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois