Saint Prix

Saint Prix est une commune française située dans le département du Val-d’Oise, en région Île de France.
Appelée Ville jardin, Saint Prix est située à 15 km au nord de Paris, accotée au flanc méridional de la forêt de Montmorency, elle domine la vallée de Montmorency.

Toponymie
Anciennement Thor ou Thür, d’origine germanique
Turnus en 1175, Tour ou Tourn, To ou Torn en 1193, Tou en 1648, Thou en 1691.
En 1278, Jean de Tour, trésorier du Temple de Paris, donne à l’église une relique de Saint Prix et l’important pèlerinage qui s’en suivi fait naturellement substituer, en 1536, le nom de Tour par Saint-Prix.

Histoire
Dès l’époque gallo-romaine puisque située sur la stratégique voie de Jules César reliant Lutèce (Paris) à Rotomagus (Rouen)
En 1099, Raoul Deliès, comte de Pontoise donne ses droits au village de Tour.
Fief de la seigneurie des Montmorency qui fondèrent au XIIe siècle dans la forêt de Montmorency un prieuré transformé en rendez-vous de chasse en 1460 et qui reçut la visite de Louis XI.
Pendant la Révolution française, la commune prit le nom de Bellevue-la-Forêt.
Elle devint, pendant la Terreur, le refuge de Roland, La Révellière-Lépeaux, Bosc et des proscrits girondins.

Eglise Saint Prix

Située dans le Vieux Village, la première église romane dont il ne reste que les corniches à l’est et l’ouest de la base du clocher a été donnée à l’abbaye Saint Martin de Pontoise vers 1085. Son saint patron est alors Saint Germain.
Fin du XIIe siècle l’église est entièrement rebâtie dans le style gothique primitif.
Les ravages de la guerre de Cent Ans puis l’usure du temps ont conduit à la reprise plusieurs fois de l’édifice qui présentait un style dominant Renaissance sur une structure gothique.
Vers 1836, des chapelles et la première travée de la nef sont démolies modifiant la structure générale de l’église.

Le porche
Le chevet
  • La nef
  • Le maître-autel

    Le maître autel surmonté d’un tableau représentant la Crucifixion.
    Le maître autel est en partie (au 28 janvier 2017) démonté dans l’attente d’importants travaux de restauration.
    Dans les niches se tenaient, à gauche, la statue de Saint Fiacre avec sa pelle et à droite la statue de Saint Pry tenant sa crosse.

  • Chapelle de la Vierge

    Les boiseries de l’autel de la Vierge portent le monogramme « Ave maria » et la croix de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem (les Hospitaliers).

  • Chapelle Saint Pry

    Au-dessus de l’autel un tableau représentant Saint Pry évêque.

  • Les coquilles Saint Jacques

    Dans la troisième travée, trois niches « à la coquille » ont été sculptées dans le mur nord qui témoignent de la place du village sur le chemin de pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle.

  • Mobilier
  • La poutre de Gloire

    La poutre de Gloire était à l’origine dans la nef. Datée du 4e quart du XVIe siècle, en bois, elle représente le Christ en croix entre la Vierge Marie et Saint Jean.

  • Châsse

    L’église renferme une chasse avec une relique de Saint Pry et l’essor du pèlerinage de Saint Pry au XVe siècle fait que Saint Prix supplante bientôt le saint patron Germain.

  • La chaire

    La chaire en bois sculptée adossée au pilier sud-ouest.

  • Barrière de chœur

    Une barrière de chœur en fer forgé sépare la travée sous clocher et la première travée du chœur.

  • Les stalles

    Les stalles sculptées, en bois, témoignent que l’église servait d’église prieurale aux religieux du prieuré Noir.

  • Porte de la sacristie

    La porte de la sacristie illustre parfaitement l’art sous le règne de Louis XIII (1610-1643), dit « le Juste », fils d’Henri IV et de Marie de Médicis.

    Sainte Anne au-dessus de la porte de la sacristie
  • Clé de voûte
  • Traces d’armoiries
  • Symbole des Templiers
  • Bas-reliefs
    Saint Roch et Saint Sébastien

    Chaque statue : Bois : peint ; h = 80 ; la = 90 ; 16e siècle.

    La légende de Saint Pry

    Scène de la légende de saint Pry : en haut, représentation d’une cité et d’un monastère devant lequel est assis un ermite lisant ; en bas, au premier plan, quatre personnages profanes sont représentés devant un bosquet.
    Bois : polychrome ; H = 74 ; la = 50 ; pr = 13 ; 2e moitié 16e siècle.

    Le baptême

    Bois : peint ; H = 110 ; la = 50 ; fin 16e, début 17e siècle.

  • Statuaire
    Saint Pry
  • Pietà
  • Lustre

    En verre de Venise, le lustre, hauteur 150, largeur 90, date de la fin du XVIIe, début du XVIIIe siècle.

    Détail
  • Bannière de procession

Hagiographie Saint Pry
Né à Vézézoux en Auvergne vers 625 et mort à Volvic le 25 janvier 676.
Saint Pry se décline en saint Priest à Clermont et dans le Lyonnais, saint Prix en Île de France et en Picardie, saint Projet dans le Cantal et saint Préjet dans la Haute-Loire et dans l’Allier.
Formé chez les bénédictins du monastère de Saint Austremoine à Issoire, il devient diacre de la paroisse d’Issoire.
Ordonné prêtre après la réalisation d’un miracle : un ouvrier se trouva écrasé sous un pan de mur éboulé, considéré comme mort, Saint Pry se met en prières et ordonne de l’extraire de dessous les ruines : l’ouvrier est sain et sauf.
Le conseil du roi Childéric II élit Saint Priest évêque d’Arverne (Clermont en Auvergne). Durant son apostolat, il fonde plusieurs monastères et des hôpitaux.
Défenseur des pauvres et des opprimés, Saint Pry excommunia Hector, comte de Marseille qui avait enlevé une jeune fille. Ce dernier porta d’affreuses calomnies contre le prélat auprès du roi qui convoqua l’évêque. Le maire du palais de Childéric, Ulfoad reconnut l’innocence et le bon droit de Saint Pry et Hector fut poursuivi, condamné et eut la tête tranchée.
Comme saint Prix revenait dans son diocèse, au village de Volvic, il fut arrêté par des archers et des soldats de la famille puissante d’Hector pour se venger.
Son compagnon de route, Amarin fut abattu par méprise mais saint Pry se fit reconnaître « Me voici, je suis celui que vous cherchez, faites ce qu’il vous plaît ».
Saint Pry eut la tête coupée.


Dicton
Soleil de Saint Priest, abondance de millet.

  • Le clocher
  • L’ancienne horloge

Village et alentours

  • Le prieuré Noir

    A l’origine le prieuré Noir jouxtait et faisait partie intégrante de l’église avec laquelle il communiquait directement.
    Fondé en 1085 par Geoffroy le Riche et sa femme Richilde de Montmorency, il fut donné à Gautier, le premier abbé de l’abbaye bénédictine de Saint Martin de Pontoise.
    Il fut détruit en 1840.

  • Le prieuré Blanc

    Le prieuré Blanc se trouvait face à l’église du village.

  • Le presbytère

    Date du XVIIe siècle sur des fondations avec piliers romans du XIIe siècle.

  • Fontaine Saint-Pry : Place de la fontaine aux Pèlerins.

    Réputé soulager « les personnes impotentes des bras et des jambes », l’invocation du saint entraîna le développement d’un grand pèlerinage où l’on plongeait les infirmes dans la fontaine.
    Puis l’importance de Saint Prix se poursuivit avec le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

    Enchâssée dans un mur de soutènement, sous une voûte en berceau ogivale, l’ouverture de la fontaine est encadrée par deux colonnes à chapiteaux. On distingue à peine les armoiries sculptées sur les colonnes.

    Au fond de la voûte, fermée par une grille en fer forgé, est placée une statue polychrome de Saint Pry dans une niche.

Dans les environs

  • Le château de la Chasse.
    Situé dans la forêt de Montmorency il fut propriété en 1208 de Mathieu II de Montmorency.
    Louis XI y fut reçu pour une partie de chasse par Guillaume de Montmorency.
    Le château passe ensuite dans la maison de Condé avant d’être racheté par Louis Bonaparte sous le Premier Empire. La dernière propriétaire avant l’attribution au domaine de l’ONF fut Sophie Dawes, baronne de Feuchères.
    - Le château de la Terrasse
    Le château reçu durant de nombreux été le célèbre Victor Hugo qui écrivait au livre IV des Contemplations : « Connaissez-vous sur la colline / Qui joint Montlignon à Saint-Leu, / Une terrasse qui s’incline / Entre un bois sombre et le ciel bleu ? ».
  • Le cimetière de Bosc.
    Un petit cimetière familial où repose le naturaliste Louis-Augustin Bosc d’Antic.
  • Croix des Célestins
  • Croix hosannière
  • Château de la Terrasse
  • Fontaine Sainte-Radegonde
  • Temple d’Amour et fontaine
  • Tour du Plumet
    La tour, dans un style troubadour, date de 1863, œuvre du baron Joseph Louis Léopold Double.
  • Auberge du Gros-Noyer

Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 29 janvier 2017
par  gs

Les Saints Roch de Saint Prix

Les Saints Roch de Saint Prix en l’église du Vieux Village
catégorie : sculpture
désignation : statue : saint Roch
localisation : Ile de France ; Val d’Oise ; Saint-Prix
édifice : église
dénomination : statue
matériaux : bois
dimensions : h = 107 ; la = 50
iconographie : saint Roch
siècle (…)

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois