Ceyssat

Le four des Girots

Des fours de quartier
La communauté regroupée autour d’un four à pain en avait la jouissance, l’usage et l’entretien, mais elle n’en était pas propriétaire.
Dans la commune, on trouve plusieurs fours par village. On en dénombre 4 à Ceyssat, 2 à Montmeyre, 1 à Allagnat.
Chaque four a sa particularité, mais quelques constantes se retrouvent de l’un à l’autre : les toits à deux pans en lauze de schistes, la pierre volcanique noire pour bâtir les murs percés d’une porte unique et d’une ou deux minuscules fenêtres…
Peu accueillant penseront certains, tandis que d’autres l’investissent avec de bonnes raisons, chauffant la brique et la pierre à l’occasion d’un repas entre amis ou, comme la Commune, pour une fête du patrimoine.
Pain et lessive
Quatre « maisons » venaient tour à tour cuire leur pain au four des Girots.
Marie se rappelle que, pour la sienne, on chauffait le four toutes les deux ou trois semaines, en brûlant des fagots de fayard ou de noisetier que chaque utilisateur avait préalablement préparés. Trois ou quatre tourtes de seigle au levain finissaient de lever dans les paillasses avant d’être retournées sur la pelle en bois et de glisser adroitement par la bouche du four, tenue fermée durant la cuisson par une porte métallique.
Sur la sole brûlante (230 °C environ), construite en brique alors que la voûte est bâtie en pierre volcanique locale, on venait aussi cuire, selon les occasions et la saison, un plat de pommes de terre, un rôti, un gigot, des pieds de cochon, plus rarement une brioche, une tarte… et parfois une tourte de pain blanc.
Entre deux cuissons, le pain, plus acide et parfumé que celui fait avec la levure de boulanger, se gardait sans problème, le levain freinant les échanges d’eau entre la tourte de seigle et le milieu extérieur.
On nettoyait l’intérieur du four en passant d’abord la racle métallique pour sortir l’essentiel de la cendre puis l’écouvillon pour finir complètement cet entretien, et rendre un four propre à l’utilisateur suivant. Une partie de la cendre trouvait son emploi dans les deux cuves en grès, prisonnières d’un muret en pierre, qui occupent toujours deux angles du four et servirent longtemps à faire la lessive. Additionnée à de l’eau chaude, elle aidait à dissoudre la crasse du linge qui trempait ainsi plusieurs heures. On repassait plusieurs fois sur le linge l’eau chaude chargée de la soude et de la potasse contenues dans la cendre.
Cette étape accomplie, il ne restait plus qu’à sortir draps et autres torchons pour les amener jusqu’à l’un des lavoirs du quartier. L’un d’entre eux se trouve justement devant le four à pain. Hasard ? Pas si sûr !
(In fiche signalétique du village)


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 15 janvier 2018
par  gs

Les saints Roch de Ceyssat

Les saints Roch de Ceyssat en l’église Saint-Roch
technique : sculpture
désignation : statue (demi-nature) : saint Roch
localisation : Auvergne ; Puy-de-Dôme ; Ceyssat
aire d’étude : Rochefort-Montagne
édifice : église paroissiale Sain-Roch
dénomination : statue
matériaux : bois : taillé, (…)

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois