Saint Quintin sur Sioule

Saint Quintin sur Sioule est une petite commune du centre de la France, située dans le département du Puy-de-Dôme et de la région Auvergne.
Elle fait partie de la Communauté de communes « du Pays de Menat ».
La grande ville la plus proche de Saint Quintin sur Sioule est Clermont-Ferrand et se trouve à 35,76 kilomètres au nord à vol d’oiseau.

Eglise de Saint Quintin sur Sioule

L’église apparaît dans les textes au début du 12ème siècle. En 1118, elle est mentionnée en tant que propriété de l’abbaye d’Ebreuil située à quelques kilomètres au nord-ouest.
L’église fait actuellement office de grange.

L’ancienne église paroissiale est localisée dans l’enceinte d’un château construit au 13ème siècle, situé au bord de la Sioule.
L’édifice aujourd’hui en élévation est de tradition romane.

Il se compose d’une nef unique de 14 mètres de long pour 9 mètres de large prolongée à l’est par une travée de chœur flanquée de deux travées latérales ouvrant sur un chœur en abside encadré d’absidioles. L’édifice a été transformé en grange au 19ème siècle, ce qui a ainsi entraîné de nombreuses modifications au sein des élévations des murs gouttereaux et de la façade occidentale.

Structures antérieures
Des fouilles réalisées dans les années 1970, à l’intérieur de l’église romane, ont autorisé la découverte de maçonneries et de sarcophages trapézoïdaux appartenant à une église du haut Moyen Age. L’hypothèse souvent retenue a été celle d’un édifice dont la construction serait liée à l’arrivée en Auvergne de l’évêque Quintien (Quintianus) au 6ème siècle, épisode relaté par Grégoire de Tours.
L’église mérovingienne mise au jour lors des fouilles anciennes correspond à un petit édifice à nef unique.
L’auteur des fouilles propose de restituer un chevet carré (l’hypothèse d’une abside n’est pas à exclure cependant). L’édifice s’est probablement développé autour d’une sépulture privilégiée située au centre du chœur, sous l’autel.
La présence de 11 sarcophages trapézoïdaux, dont les caractéristiques renvoient aux productions des 6ème-7ème siècles dans la région, permet d’envisager la construction du bâtiment au cours de la période mérovingienne.

Interprétation
L’hypothèse d’un martyrium dédié à l’évêque Quintianus paraît délicate, d’autant que ce dernier, d’après le récit de Grégoire de Tours, aurait été inhumé dans la basilique funéraire Saint-Etienne, construite un siècle plus tôt par la femme de l’évêque Namatius, où était d’ailleurs enterré ce dernier. Il est toutefois possible que le passage des reliques de Quintianus soit à l’origine de la dédicace à Saint-Quintin. Quoi qu’il en soit, le premier édifice semble s’être développé à partir d’une tombe privilégiée probablement située sous l’autel.

Hagiographie : Saint Quentin ou Quintin
Martyr dans le Vermandois (3ème siècle)
Il était romain, fils d’un sénateur, (cinquième enfant, si l’on en croit son nom ce qui était rare dans le Bas-Empire.)
Quentin serait venu en Gaule avec Saint Lucien, futur évêque de Beauvais, en mission d’évangélisation. Il partit pour la Gaule avec Saint Lucien de Beauvais et plusieurs compagnons pour évangéliser cette région du Beauvaisis et de la Picardie. Établi à Amiens, selon les ’" Actes " de sa vie, son succès provoqua la colère du préfet romain Rictiovare qui l’arrêta à Soissons, lui fit subir interrogatoires et supplices. Le 31 octobre il est décapité à Augusta Veromandum, capitale du Vermandois, qui deviendra Saint-Quentin. Il est fêté le 31 octobre.
(Source : Saints du Pas de Calais - diocèse d’Arras)


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 2 juin 2015
par  gs

Le Saint Roch de Saint Quintin sur Sioule

Le saint Roch de Saint Quintin sur Sioule en l’église Saint Quintin

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois