Louroux de Beaune

Toponymie
Le nom de Louroux, donné à plusieurs paroisses à l’époque médiévale, signifie « Oratoire » et l’on peut supposer qu’un ancien oratoire fut à l’origine de l’agglomération
La présence d’énormes pierres qui côtoient l’ église Saint Sulpice représente une énigme pour certains Historiens. Cependant, on retrouve des ouvrages en libre consultation, dont les explications conduisent à l’hypothèse selon laquelle l’origine du nom Belnense pourrait être dû à ces nombreux mégalithes que l’on trouve de Beaune d’allier à Louroux de Beaune.

Fin du IVe siècle l’apôtre des Gaules Saint Martin celui la même qui coupa sa cape pour couvrir un pauvre qui avait froid s, à l’époque, évêque de Tours, s’employa à évangéliser la région qui était vouée au culte gaulois dont les divinités étaient sanctuarisées, bosquets, clairières, arbres, sources..etc…, par des pierres (mégalithes). devant la difficulté a endiguer l’idolâtrie, cet évangéliste eut l’idée de construire des lieux de prière chrétienne (Oratorium) sur les sites à dévotions païennes. Belenus latinisé devenu Belnense, nous voilà donc sur le nom d’origine latine de louroux de Beaune.
Oratorium, suivant le même principe fut tour à tour, Loratorio, Lorouer ou Lorreux, loroux et enfin Louroux.

La paroisse dépendait du diocèse de Bourges, et à l’origine de l’abbaye Saint-Robert de la Chaise-Dieu, puis du prieuré Clunisien de Souvigny.

Edifice roman du XIIe siècle, transformé dans sa partie orientale au cours de l’époque gothique.
Il comprend une nef de deux travées, sans bas-côtés, un transept saillant et une abside à chevet plat, flanquée de deux chapelles rectangulaires.

Au début de la période gothique, on a remanié intérieurement le bras sud du transept, qui sert de base au clocher ; une croisée d’ogives portée par des culs-de-lampe à têtes et à crochets couvre cette partie qui débouche dans la croisée sous un arc brisé correspondant à des pilastres à impostes, lesquels sont les témoins d’un édifice antérieur (XIe-XIIe siècles).
Dans la première moitié du XIIe siècle, l’abside fut reprise et l’on édifia la chapelle qui la flanque au Sud.
A cette même époque, on projeta un remaniement complet de l’édifice, ainsi que le prouve la présence, contre les piles nord de la croisée, de colonnettes destinées à supporter une voûte d’ogives qui ne fut pas exécutée. Enfin, au XVe siècle, une chapelle gothique fut élevée contre le croisillon nord
La façade est percée d’une porte en plein cintre, sans tympan, encadrée d’une voussure torique retombant sur des colonnettes à chapiteaux de feuillages, très détériorés. Une petite croix de pierre à branches incurvées surmonte le pignon. Des modillons à masques sont encore en place, par endroits, sous les corniches des murs gouttereaux.

Modillons à masque

Le clocher, qui domine le croisillon sud, a été remanié et défiguré ; il est composé de deux étages carrés, présentant, sur chaque face, le premier deux arcades en plein cintre, aveugles, le second, deux baies séparées.

Statuaire

Vitraux
PNG - 564.9 ko


Articles publiés dans cette rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois