Compiègne

Hôtel de Ville

Hôtel de Ville
Elevé sous le règne de Louis XII (1498-1515), c’est un magnifique exemple du style gothique flamboyant. La statuaire de la façade et le décor des salles furent anéantis en 1792 mais l’édifice fut restauré au XIXe siècle sous l’égide de Viollet le Duc. La bancloque, cloche fonde en 1303, résonne encore. Au sommet du beffroi, trois jacquemarts, dit « picantins » car piquant en temps c’est-à-dire donnant les heures. On leur donne les sobriquets de Langlois, Lansquenet, Flandrin, soit les trois ennemis de la France au XVIe siècle : l’Anglais, l’Allemand, le Flamand. La porte de l’arsenal qui lui fait suite peut être attribuée à Philibert Delorme. Le musée de la Figurine historique s’abrite à côté, dans un étage de cet ancien hôtel de la Cloche et de la Bouteille où Alexandre Dumas plaça l’épisode final du « Comte de Monte-Cristo.
(In plaque signalétique de la ville)

Les trois jacquemarts
Porte de l’Arsenal

La vieille ville

Eglise Saint-Jacques


1198. Le pape Innocent III autorise la construction intra-muros de l’église.
Le nom de saint Jacques le Majeur, est donné par Blanche de Castille, mère de Saint-Louis (Louis IX), à la suite de la découverte du corps de l’Apôtre à Compostelle.
1235. La construction commence par le chœur et le transept.
(In plaque signalétique de l’église)

Chapelle Notre-Dame du Bon Secours

Notre-Dame du Bon Secours
Cette chapelle est née d’un double vœu. Celui que prononça in capucin, le père Boniface, devant le tableau de la Vierge à l’Enfant qu’il vénérait particulièrement, afin de protéger son couvent de l’invasion espagnole de 1636. Celui des attournés, administrateurs de la ville qui, l’année suivante, furet émus par les ravages de la peste. Plusieurs guérisons miraculeuses furent attestées, de nombreux ex-voto recouvrirent les murs. Ce haut lieu de la piété compiègnoise, fréquenté par la famille royale, attirait particulièrement les pèlerins pendant la neuvaine de l’Annonciation, alors que se tenait la populaire foire de Capucins. Les paroisses de la vile s’y rendaient en procession. En juin 1944, le conseil municipal renouvelait ce vœu, afin d’obtenir une heureuse libération.
(In plaque signalétique de la ville)

  • Retable en bois peint (polychrome) et doré daté du 17e siècle, remonté et modifié au 19e siècle.
  • Tableau représentant une Vierge à l’Enfant, dite Image miraculeuse de la Vierge et ornant le retable du maître-autel depuis 1654.
  • Saint Sébastien et saint Roch sur le retable

    Saint Sébastien est invoqué contre la peste car " la peste se répand aussi vite que la flèche.

  • Vœu des attournés en 1637
    JPEG - 160.6 ko
    zoomer sur l'image
  • Statuaire
  • Verrières

Série de verrières (5 ci-dessous sur les six) sur les thèmes de l’histoire de la chapelle Notre-Dame de Bonsecours et de miracles obtenus grâce à l’image miraculeuse.


Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 17 septembre 2017
par  gs

Le saint Roch de Compiègne

Le saint Roch de Compiègne en la chapelle Notre-Dame du Bon Secours

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois