Gerzat

La commune de Gerzat est située dans la banlieue nord de Clermont-Ferrand. Elle est entourée par les communes de Clermont-Ferrand, Cébazat, Châteaugay, Saint-Beauzire, Malintrat, Aulnat, Ménétrol.
Gerzat est située sur le bord de la plaine de la Limagne. La commune est traversée par la rivière Bédat qui est canalisée dans le sous-sol de la ville. Elle est située à proximité de la chaîne des Puys et également proche de l’aéroport de Clermont Auvergne (commune d’Aulnat).

Origines de Gerzat

Gerzat fut d’abord, une colonie celtique implantée autour du Bédat.

Toponymie
Cette terre émergée on l’appela hert, ert ou erz. Les légions de César par la suite, complétèrent ces dénominations par des termes latins.
Le mot "iacum" qui désigne un lieu d’habitation, s’ajouta à l’ancien terme celtique pour donner erziacum, puis gerziacum et finalement Gerzat.

Histoire
Ville fortifiée au Moyen Age, ses murailles ont aujourd’hui disparu.

Au Moyen Age, le vieux bourg de Gerzat était enserré dans une enceinte de murailles et de remparts constituée de 9 tours et de 3 portes. On trouvait dans ces fortifications son Castellum avec sa chapelle et son prieuré, puis successivement les cimetières de l’Aumône et du Painchaud et enfin, le grand champ des morts entourant l’église à la fois romane et gothique.

La Tour de la Barrière appelée actuellement Tour de l’Horloge, et la Tour Sapis placée derrière le presbytère, sont les seuls vestiges visibles et convenablement entretenus de ce passé prestigieux.
Depuis le 9ème siècle les Comtes d’Auvergne étaient suzerains de Gerzat. En 1237, un acte officiel stipulait que le Comte d’Auvergne était seigneur de Gerzat.
Au début du 13ème siècle la famille de Mercœur hérita du territoire. Un des membres, nommé Guillaume de Mercœur, signa et donna en 1292 la Charte de privilèges à la population gerzatoise. Plus tard, en 1529, le Château et le bourg furent transmis à un neveu des Mercœur, Antoine, Duc de Lorraine, qui vendit ses droits à ses cousins de la maison de La Tour d’Auvergne. En conséquence, le seigneur de Gerzat s’appellera François de La Tour d’Auvergne, grand-père d’Henri, l’illustre Maréchal de Turenne.
Par la suite le frère du Maréchal, Frédéric-Maurice, Duc de Bouillon, hérita de la terre de Gerzat, transmise à son fils Godefroy de Bouillon, époux de Marie Mancini, nièce de Mazarin.
Godefroy de Bouillon mourut en 1796, dernier Seigneur du lieu. Le château délabré fut vendu à plusieurs acquéreurs qui le firent raser complètement.

Ainsi se termine l’histoire de cet antique castellum, devenu forteresse féodale, puis demeure des hommes d’armes, et disparut dans la bourrasque de 1789.
Ainsi le nom modeste de Gerzat permet d’évoquer le souvenir du héros de Salzbach* et du Ministre de Louis XIV.

*Le maréchal Turenne y a été tué en 1675 par un boulet de canon lors de la bataille de Salzbach. Un obélisque et une stèle aux inscriptions française, allemande et latine marquent l’endroit où le maréchal fut tué.

Eglise saint Bonnet

Romane : chevet et bas-côté nord.
Gothique : portail ouest et nef.

Intérieur
Les deux nefs latérales aboutissent à deux chapelles sur le même alignement que le chœur.
L’ensemble donne un bel aperçu de la partie romane de l’édifice très bien conservée.

Nef gothique

Chœur roman : maître-autel et abside.
De chaque bas-côté à l’entrée du transept deux anges se répondent :

Les chapiteaux romans : feuillage, fleurs ou fruits.
Traces de polychromie.

Chapiteaux gothiques en pierre de Volvic. Certains ont été restaurés en 1830.

Mobilier

Hommage à Saint Bonnet, patron de l’église.

A gauche, Assomption de la Vierge Marie.
A droite, Sainte Anne (Education de la Vierge Marie.)

A gauche, Sacré-Cœur de Jésus (œuvre sulpicienne).
A droite, Saint Joseph.

Saint Blaise

A droite : attributs de l’évêque : la mitre- la crosse- L’anneau pastoral dissimulé par le gant violet

Pietà - 15ème

PATRIMOINE RELIGIEUX
D’un accord, la mairie et l’église ont décidé de faire restaurer une Pietà en pierre et un tableau de la Sainte Famille, chacune prenant en charge les frais, la DRAC intervenant aussi pour une part.

Ces deux œuvres sont visibles à l’église. Si quelqu’un est en mesure de fournir des renseignements sur leur histoire ou sur la manière dont elles sont parvenues à Gerzat, qu’il veuille bien le signaler au curé de la paroisse.

LA SAINTE FAMILLE
Le tableau, parfois appelé de façon trop restrictive le Réveil de l’Enfant, était en très mauvais état, et pour compliquer, il avait reçu plusieurs couches de vernis. Il s’agit d’une peinture à l’huile sur toile qui n’est ni daté, ni signé. Toutefois, les experts ont déterminé que l’auteur est un suiveur du peintre B. Murillo (1618/1682), sans doute influencé aussi par F. Zurbaràn (1598/1664), ces deux peintres espagnols ayant notamment travaillé pour les couvents de Séville.

Quatre personnages occupent le tableau : 2 adultes Marie et Joseph, et 2 enfants Jésus et Jean-Baptiste. L’ensemble de la composition oriente notre attention sur Jésus endormi, qui est le seul des quatre à avoir le visage tourné vers nous.
Sa nudité est une manière d’insister sur le réalisme de l’humanité de cet enfant dont on va découvrir plus tard qu’il est le Fils de Dieu.
En face de lui. Jean-Baptiste, plus âgé qu’en réalité (il a seulement 6 mois de plus que Jésus), porte un fanion avec l’inscription ; « Voici l’Agneau de Dieu ». C’est une évocation du symbolisme de l’agneau pascal. Rappel discret de la libération d’Egypte qui était annonciatrice de la libération de l’esclavage des péchés réalisée par Jésus. Au cours de son ministère, ce précurseur a d’ailleurs précisé : « c’est lui l’agneau qui enlève le péché du monde ». Cette désignation a eu un tel retentissement que les catholiques la reprennent à chaque messe, avant la communion.

Marie, par son visage tourné vers Jean-Baptiste, semble l’approuver dans sa mission. Elle tient soulevé avec délicatesse le linge qui enveloppait Jésus, comme si elle voulait nous faire constater avec insistance l’enracinement humain de celui qui s’est fait homme, s’abaissant lui-même, et prenant tout de l’homme sans se prévaloir de sa divinité. Son vêtement aux couleurs de l’amour, qui sont celles de l’Esprit Saint, nous rappelle qu’elle se veut tout entière disponible à Dieu et à son service pour le bien des autres.

Quant à Joseph, il porte l’habit brun et sobre du serviteur fidèle : à la fois serviteur de Dieu et serviteur de ceux qui lui sont confiés. Il apparaît vraiment comme le protecteur rassurant des trois autres. Il a l’attitude du veilleur : toujours prêt, sans se mettre en avant.

L’impression d’ensemble invite au calme, à la méditation, à la sérénité, à la paix. La beauté des positions statiques vient encore renforcer en nous cette imprégnation.

LA PIETA OU NOTRE DAME DE PITIE
Cette statue, vraisemblablement du 15ème siècle, peut-être même fin 14ème siècle, était à l’extérieur, dans la niche au-dessus de l’entrée sud de l’église. Soumise aux intempéries, son état était à la limite de la perte définitive. A quel moment a-t-elle été placée en ce lieu ? Au préalable était-elle dans l’église ? Un indice le laisserait penser : en effet, au 15ème siècle, la chapelle actuellement appelée « du Sacré-Cœur » portait le nom de Notre Dame de Pitié. Ce n’était sans doute pas sans raison. Pourquoi la statue a-t-elle été placée à l’extérieur ? ou encore est-elle venue d’ailleurs ? Toujours est-il qu’étant donnée la nature de la pierre, il n’aurait pas été possible qu’elle survive aux assauts de la pluie et du vent si elle avait été dehors depuis le 15ème siècle.
(André Dechaud, juillet 2002)

Les vitraux

  • Prêche de saint Bonnet.

    Cycle Vie de Jésus.

  • Mort de saint Joseph en présence de Marie et de Jésus
    (Patron de la Bonne Mort).
  • Baptême de Jésus par Jean-Baptiste.
  • Laissez venir à moi les petits enfants.
  • La dernière Cène
  • Mort de Jésus sur la Croix.
  • Résurrection et Ascension.
  • Oculus en façade occidentale.
  • Vitrail figurant Dieu le Père et le Saint Esprit (la colombe)

Le Chemin de Croix

Devant l’église

Croix en pierre de Volvic.

La base pyramidale porte, en relief, une Vierge à l’Enfant et les armes de la ville.


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 4 octobre 2014
par  gs

Le Saint Roch de Gerzat

Bois polychrome H = 44 . l = 18 . prof = 13,5

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois