Bort l’Etang

La commune de Bort l’Étang est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

L’appellation actuelle a été instaurée à une date non connue, supposée entre 1882 et 1943. Auparavant, la commune était nommée Bort.

L’origine du village pourrait remonter à l’âge du bronze (environ – 2000 avant J.-C.) puisqu’on y a découvert des tombes sous tumulus avec squelettes, outils en pierre polie, os et dents d’animaux, colliers….

Il y avait à cet endroit, au Haut Moyen Age, une vaste forêt qui fut peu à peu défrichée.

En 1740, la paroisse de Bort souffrit beaucoup de la faim. Le curé affirmait que les miséreux mangeaient des racines de fougères ou des bouillies de sarrasin cuites à l’eau pure et sans sel. Il ajoutait que même malgré cette grande misère on n’exposait pas d’enfants, mais les hommes « assouvissaient leurs passions » en évitant d’augmenter le nombre des enfants.

De tous temps les habitants de Bort ont été tuiliers et potiers.

Jusqu’au début du 20ème siècle on y fabriquait encore d’énormes cuviers à lessive appelés : les bugeadins et autres objets utilitaires en poterie noire hérités des Gaulois.

Eglise Saint Barthélemy (11ème-15ème)

Dédiée à l’origine à Saint Pourçain, en 1789, son patron était Saint-Barthélemy. Elle fut donnée vers 1705 au prieuré de Moissat par Guillaume II, vicomte de Thiers.

Elle devint une possession de l’abbaye de Mozac par la bulle du Pape Alexandre III en 1165.

Edifice roman dont la construction remonte au 11ème siècle, à l’exception des bas-côtés, de la tourelle octogonale (16ème) et de la grosse tour carrée du clocher avec sa flèche d’adjonction récente.
L’église possède un clocher dont le caractère est unique dans la région (« la carotte »). Le 12 septembre 1994, la foudre s’est abattue sur la flèche du clocher.

Portail roman surmonté d’un gros cordon de billettes très employées dans l’art roman.

Sur le linteau du portail sud, deux clous en fer forgé du 12ème siècle, inscrits à l’inventaire des monuments historiques en 1908, l’un orné d’une tête de cerf, l’autre d’une tête de cheval. Ces animaux étaient des divinités gauloises et jusqu’au siècle dernier, l’habitude était d’en placer la tête sur les portes pour protéger les maisons. Le cerf, symbole de la vie et du renouveau est le messager entre le monde des dieux et celui des hommes ; le cheval, souvent associé au royaume des morts et sacrifié, joue un rôle de guide d’âmes.

  • Modillons à copeaux

L’ordonnance de la toiture de tuiles rondes montre l’évolution architecturale de l’église :

  • La table de la toiture est soutenue par des modillons à copeaux
  • En dessus alternance de modillons à copeaux et modillons figurés

Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 10 janvier 2010
par  gs

Le Saint Roch de Bort l’Etang

technique : sculpture
désignation : statue (petite nature) : saint Roch de Montpellier
localisation : Auvergne ; Puy-de-Dôme ; Bort l’Etang
édifice : église paroissiale Saint-Pourçain, Saint-Barthélémy
dénomination : statue
matériaux : bois (structure) : taillé, doré, bruni, peint (polychrome) (…)

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois