Maule

Maule est une commune française située dans le département des Yvelines et dans la région Île de France.

Toponymie
La forme Mentelarico, de mantalo, chemin, route, voie et suffixe-ara, cours d’eau, rivière et de-ico, village, port qui a évoluée au IXe siècle en Mantula, Mautula puis au XIIIe siècle en Maulia pour Maule ou Maulle au XVIe siècle.
La localité est attesté en 1224 Manlia puis au XIIIe siècle en Maulius et Maulle au XVIe siècle pour s’écrire Maule.

Histoire

Au Xe siècle, la baronnie de Maule est la propriété des Le Riche. Ansoud III, fils de Guérin Le Riche, baron de Paris (XIe siècle) fonde le prieuré bénédictins de Saint-Evroult en Normandie. On lui doit la fortification de Maule dont les murailles sont démantelées au XIIe siècle sur ordre de Louis VI le Gros.
Placée entre les possessions de la couronne à l’est et le domaine de Charles II de Navarre, alors allié des Anglais, à l’ouest, ce dernier Maule en 1357.
La guerre de Cent Ans Maule prospère sous François Ier et construit d’importantes halles en 1584.
En 1594, le baron de Maule, Nicolas de Harlay sieur de Sancy, surintendant des finances du roi Henri IV, fait édifier un château au lieu-dit d’Agnou.
En 16667, la terre de Maule est érigé en marquisat.

Eglise Saint-Nicolas

La construction de l’église mêle à la fois l’architecture gothique et romane, mais elle fut construite dans une tradition plutôt normande.
La première église de Maule date du XIe ou XIIe siècle. L’église est donné en don aux moines bénédictins de Saint-Evroult par Pierre de Maule, fils de Ansoud III.

Au XVe siècle on construit un prieuré attenant à l’église
Le seigneur de Maule, Robert de Harlay fait édifier le clocher-tour Renaissance qui sera terminé en 1547.
L’édifice a été restauré au cours du XIXe siècle.

L’église possède une crypte romane du XIe siècle, à double accès qui est l’une des plus grandes des Yvelines est retenue par des colonnes aux chapiteaux godronnés.

Christ aux liens : pierre : taillé, peint, polychrome du XVIe siècle

A gauche, sainte Catherine d’Alexandrie, bois taillé, peint (polychrome) du XVIe siècle
A droite, saint Cosme, bois taillé, peint (polychrome) du XVIe siècle.

Saint Côme et saint Damien sont des frères jumeaux d’origine arabe qui exerçaient gratuitement la médecine pour gagner leurs clients à la foi chrétienne. En qualité de patrons des médecins apothicaires, ils sont représentés en robe fourrée, coiffés d’un chaperon ou d’un bonnet cylindrique de docteur pour en imposer aux malades. Ils tiennent à la main : une trousse de chirurgien, un mortier de pharmacie, une boîte d’onguents, une lancette, et ici un urinal (l’urinoscopie ou examen des urines jouait un grand rôle dans la médecine médiévale).
(In www.patrimoine-de-france.org)

Mariage mystique de sainte Catherine d’Alexandrie : XVIIe siècle

Sainte Catherine agenouillée au premier plan, prend dans ses bras l’Enfant Jésus qui se trouve sur les genoux de sa mère. La Vierge tend un objet au jeune saint Jean-Baptiste qui se tient sur la gauche. La scène se déroule sur fond de paysage de campagne. Un ange observe le mariage depuis une nuée.
(In www.patrimoine-de-france.org)

La Sainte Famille dite la Grande sainte famille de François Ier


Copie tableau Raphaël conservé au musée du Louvre.
Conformément à l’iconographie chrétienne de la Sainte Famille, le tableau représente Marie et l’Enfant Jésus accompagnée de Joseph, de sainte Elisabeth et son fils saint Jean-Baptiste.

Le groupe de la Vierge à l’Enfant trône au milieu de la composition, Marie, dans sa robe rouge, orientée vers la gauche, assise en appui sur l’extrémité de son pied gauche équipée d’une sandale, soutient l’Enfant jésus, nu, sortant de son berceau en bois sculpté, dont la jambe droite est encore sur un coussin blanc à gland doré. Leurs pieds qui reposent sur un sol à tomettes, chiqueté de marbre, sont les seuls visibles.
À gauche du tableau, Élisabeth, visage buriné et mains calleuses, portant turban, tient serré dans ses bras, le petit saint Jean les mains jointes enserrant son roseau croisé, qui semble attraper, par un effet perspectif, l’auréole de Jésus.
Au-dessus de Marie, un ange porte, une couronne de fleurs. Un autre personnage émerge entre eux les mais sur la poitrine.
On aperçoit Joseph dans la partie haute à droite, appuyé sur le coude gauche, le bras droit replié sous lui, dans une pose songeuse, la tête reposant sur sa main gauche repliée vers le bas, regardant vers la mère et l’enfant.
Tous les personnages saints portent une auréole limitée à un cercle doré et fin.
La composition se termine, en fond par une ouverture en haut à gauche dévoilant un petit paysage brumeux de montagnes bleutées.
(In Wikipédia)

Le Christ et la Samaritaine : XVIIe siècle
Apparition à sainte Madeleine : XVIIe siècle

La sainte en robe du 17e siècle est agenouillée, le vase à parfum à ses pieds, face au christ qui tient une pelle. La scène se déroule sur fond de paysage montagneux. A l’arrière-plan, deux anges sont assis à l’entrée d’une grotte.
(In www.patrimoine-de-france.org)


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 25 octobre 2017
par  gs

Les saints Roch de Maule

Les saints Roch de Maule en l’église Saint-Nicolas
technique : sculpture
désignation : statue : saint Roch
localisation : Ile-de-France ; Yvelines ; Maule
édifice : église paroissiale Saint-Nicolas
dénomination : statue
matériaux : bois : taillé
dimensions : h = 100 ; la = 33
siècle : 2e (…)

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois