Saint Amand Montrond

Eglise Saint Amand


L’église Saint-Amand est de plan bénédictin. Son chevet, orné d’une galerie aveugle, date du XIIe siècle et constitue la partie la plus ancienne du bâtiment. L’abside flanquée d’absidioles est éclairée de fenêtres en plein-cintre, qui, à l’intérieur, bénéficient d’une arcature reposant sur de fines colonnes géminées réunies sous des tailloirs2. Le transept supporte un clocher remanié au XIXe siècle.
Dans la nef aux arcs brisés, comme dans le chœur, la décoration des chapiteaux est d’influence byzantine. Les bas-côtés desservent des chapelles privées, ouvertes au XVe siècle, telle la chapelle Sainte-Anne, de style gothique flamboyant, due au Maréchal Philippe de Culant et à son épouse Anne de Béaujeu-Lignières.
A l’extérieur, le portail polylobé à double vantaux, dans un épais ébrasement, est exceptionnel et témoigne de l’influence du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, vecteur d’un style arabo-espagnol.
L’église paroissiale Saint-Amand associe avec harmonie art roman et art gothique.
Les orgues sont celles que le Grand Condé offrit à l’église des Carmes en 1668 (actuelle mairie).
(In signalétique de la ville)

Le clocher est construit entre 1824 et 1827 à la demande du sous-préfet qui lors de sa visite en 1824 déclara : « L’état extérieur m’a particulièrement frappé, elle n’a ni clocher pour indiquer aux étrangers qui y arrivent que les habitants professent le culte catholique, ni cloche pour appeler les fidèles à l’église. Une église sans clocher ressemble beaucoup à une grange ».

Portail abrité dans un avant corps (13ème siècle) à deux vantaux à arcatures polylobées avec oculus central.
La colonne médiane disgracieuse date du 19ème siècle.

  • Nef

    La nef de 29 mètres, en trois travées, voûtée en berceau avec 2 nefs latérales voûtées également en berceau
    Elle comporte de magnifiques chapiteaux montrant des figures (tête, atlante, personnage : en pied, personnage : assis) ; figures bibliques (ange, portant : phylactère, Agneau mystique) ; représentation végétale (acanthe) ; représentation animalière (animal : affronté, poisson, cheval, colombe, oiseau, tête d’animal) ; ornementation (fleuron, copeau, palmette, feuille d’eau, rinceaux, dents de scie, pomme de pin, fleur de lys, entrelacs, ornement à forme géométrique, masque feuillu).

    A gauche, cul de lampe.

  • Choeur

    Détail du tombeau. Au centre le christ flanqué des Evangélistes.

Mobilier

  • Fonts baptismaux

    Cuve à deux compartiments ; couvercle en bois ; entrée de serrure métallique.
    En calcaire : taillé, cannelé ; bois ; métal de la 2ème moitié 18ème siècle.

    Le couvercle de la petite cuve est moderne ; cuve scellée récemment au support

  • L’orgue

    Orgue offert en 1668 par Louis Bourbon dit "le Grand Condé" au couvent de carmes de Saint-Amand-Montrond ; transporté en 1835 dans l’église paroissiale de Saint-Amand, au-dessus des premières travées de la nef, il a reçu une première restauration et a été complété ; après une modification importante du mécanisme, il a été déplacé et installé dans le bras sud du transept en 1877 ; une troisième restauration eut lieu en 1910, puis une soufflerie électrique fut installée en 1932 par la maison Herklein de Lyon ; enfin en 1967 l’orgue est à nouveau restauré.

    En chêne taillé, décor dans la masse, décor en demi-relief
    Le buffet est constitué d’un grand corps et d’un positif à 3 tourelles.

  • Chaire à prêcher
  • Vitraux
  • Statuaire
    Christ aux outrages


    Pierre : taillé, peint, polychrome, limite 16ème siècle, 17ème siècle.

Le Christ est représenté grandeur nature assis sur un rocher recouvert de son manteau. Le torse et la tête sont légèrement tournés vers la gauche, le visage à peine incliné. La hauteur de son siège entraîne une légère flexion de ses genoux. Les poignets sont joints sur la cuisse droite et les pieds sont rassemblés sur une terrasse qui sert de socle à l’ensemble. Le visage est encadré de cheveux mi-longs, légèrement bouclés, tout comme la barbe et la moustache, coiffés selon une raie médiane. Il porte un périzonium court, noué sur la hanche gauche. Ses attributs royaux (couronne d’épines et bâton pour figurer le sceptre) sont perdus. Les détails du corps sont précisés, comme les os (clavicule, rotule du genou), ou les muscles des bras, des cuisses et des mollets. Les volumes des drapés sont également délicatement représentés.

A gauche, Vierge à l’enfant (1ère moitié du 18ème siècle).


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 25 mai 2013
par  gs

Le Saint Roch de Saint Amand Montrond

Le Saint Roch de Saint Amand Montrond en l’église Saint Amand
Catégorie : Sculpture
désignation : groupe sculpté : saint Roch et l’ange
localisation : Centre ; Cher ; Saint-Amand-Montrond
édifice : église paroissiale Saint-Amand
dénomination : groupe sculpté
matériaux : pierre : taillé, (…)

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456