Bourbon l’Archambault

Nichée au creux d’un vallon du Bocage Bourbonnais, la cité de Bourbon l’Archambault riche d’un prestigieux passé, accueille aujourd’hui les curistes.

Berceau de la dynastie des futurs Rois de France de Henri IV à Charles X, la forteresse représente l’une des plus imposantes ruines de l’époque féodale qu’il y ait en France.
De l’ancienne résidence des Sires Archambaud de Bourbon, la forteresse compta jusqu’à 24 tours et servi essentiellement de défense militaire.
Après le 16ème siècle, la forteresse fut abandonnée et tomba progressivement en ruines, puis, confisquée à la révolution elle fut vendue comme bien national en 1794.
Les ruines firent le bonheur des entreprises de construction de toute la région !

De cette forteresse imprenable, il ne subsiste que les trois tours nord et le Vieux Logis et la Tour Qui Qu’en Grogne.

A gauche, la Tour qui qu’en grogne emblématique de Louis II de Bourbon érigée au 15ème siècle protégeait l’accès du château. Elle est surmontée d’un clocher du 18ème siècle qui supporte l’horloge municipale.
La tour doit son nom aux villageois furieux de voir la dîme augmenter pour financer sa construction : "Contents ou pas, qui qu’en grogne, elle se fera"

C’est ici que se situe au 12ème siècle le Roman de Flamenca, une belle histoire d’amour écrite en occitan.

Les 3 tours nord
Les blasons sur la tour qui qu’en grogne

En haut armoiries des ducs de Bourbon : "D’azur aux trois fleurs de lys d’or et à la bande de gueules", (14ème et 15ème siècles).
Au-dessous, les blasons qu’entoure une rosace à huit pointes tréflées indiquent l’alliance des deux fiefs de Bourbon et de Bourgogne.
A gauche, armoiries de Dampierre-Bourbon : "D’or au lion de gueules, et à l’orle de huit coquilles d’azur", (13ème et 14ème siècles).
A droite, armoiries de Bourgogne : "Bandé d’or et d’azur de six pièces à la bordure de gueules".

Eglise Saint Georges

Simple chapelle bénédictine jusqu’au 18ème siècle, l’église romane Saint-Georges de Bourbon-l’Archambault est un joyau d’inspiration bourguignonne, riche d’un passé hors du commun.

  • Chapiteaux dit "à personnages" de style typiquement auvergnat

    A gauche, Vierge à l’enfant.
    En haut, à droite, un mélange de têtes humaines et d’oiseaux fantastiques affrontés au milieu de volutes de feuillages et de grappes de fruits
    En bas, à droite, deux anges portant une couronne, représentant la Très Sainte Trinité au milieu de laquelle se tient l’Agneau Pascal.

    Chapiteau dit "des musiciens"

    Un personnage semblant battre la mesure, entouré d’autres jouant du syrinx (flûte de Pan), de la viole et du cor.

    Un évêque avec sa crosse et entouré de trois infirmes

Vitrail du peintre verrier Thibaut (1838) représentant :

Au centre, le reliquaire du duc Louis II avec : à gauche Saint-Louis présentant la relique au duc de Bourbon ; au centre, contre la croix, Sainte Marie-Madeleine ; à droite Saint-Jean et la Sainte-Vierge.

De chaque côté, sont représentés, agenouillés, le duc Pierre de Beaujeu et la duchesse Anne de France.

De part et d’autre de la partie supérieure du vitrail, dans deux lancettes, ont été incrustés quelques fragments de vitraux provenant de ceux de la Sainte-Chapelle. Au-dessus du vitrail lui-même, on remarque deux phylactères représentant la ceinture portant la devise des ducs de Bourbon « Espérance ».
Au-dessus de ces phylactères sont représentés deux écus des ducs de Bourbon.

A gauche, celui du duc Louis Ier, écu composite où figurent à la fois les emblèmes des sires et des ducs ;

A droite, celui des Bourbons à partir de Louis II. En effet, avant lui, depuis le mariage de Robert de Clermont avec Béatrice de Bourbon, les Bourbons portaient les armoiries royales à fleurs de lys dorées sur fond bleu. En sa qualité de puîné, Louis II brisa l’écu ancien d’une bande de gueules, suivant les lois héraldiques du temps, pour indiquer que les Bourbons constituaient la branche cadette de la Maison de France.

Enfin, à la partie supérieure du vitrail, on remarque une représentation de la couronne d’Epines.

Clic pour agrandir


JPEG - 216.5 ko

In bulletin de liaison de l’association Louis II de Bourbon
(N°5 - 1er trimestre 2010

Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 23 mai 2013
par  gs

Le Saint Roch de Bourbon l’Archambault

Le Saint Roch de Bourbon l’Archambault en l’église Saint Georges

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456