Verneix

Aux portes des Gorges de Thizon, Verneix est une petite commune du centre de la France, située dans le département de l’ Allier et de la région Auvergne.
Elle fait partie de la Communauté de communes "de Commentry Néris les Bains".

La grande ville la plus proche de Verneix est Montluçon qui se trouve à environ 15 kilomètres.

Toponymie
« Le nom de la paroisse serait mentionné dès 636 dans une charte attribuée à Dagobert. On retrouve ensuite Vernidum, villa en 802, Vernudo au 11ème siècle, Vernoy (1432), Vernay (1635, 1750).
Dans le cartulaire de la Chapelaude, est attestée une villa de Berno que Chazaud pense être avec vraisemblance Verneix.
Dauzat classe le nom Verneix dans la longue suite de toponymes issus de verne = aulne. Nous pensons cependant que la situation topographique du lieu ne justifie pas cette étymologie. En Bourbonnais et sans doute ailleurs, ce type de toponyme correspond souvent à une hauteur…. »
(Sources : de Maurice Piboule, "Mémoire des communes - du bocage au val de cher")

PATRIMOINE

Verneix a un riche passé historique. On a découvert dans plusieurs villages de nombreuses preuves de l’existence d’habitats préhistoriques, ainsi que l’existence de plusieurs fiefs et châteaux ; notamment, le château de Mirebeau avec quatre enceintes circulaires encore visibles sur les photos aériennes.
Mirebeau
Le nom du gros hameau de Mirebeau (Mirabellum, Mirabelle), du verbe mirer, regarder, et de l’ancien français bel ou beau, indique assez qu’il fut un poste fortifié et de surveillance sur une hauteur culminante, à large horizon. Là, s’est dressé un château sur motte, entouré d’une triple enceinte de défenses. De la motte du château, il ne reste que peu de vestiges, mais les cartes anciennes (Cassini en particulier), les cartes actuelles et la photo aérienne restituent bien l’emprise de ce terroir circulaire dans le parcellaire.

Le château était construit sur la pente du plateau, orientée au nord et un peu au-dessous du point culminant, peut-être pour assurer l’alimentation en eau des fossés. Mais du haut de son donjon, la vue portait à l’entour, sur tout le cercle d’horizon, soit la moitié ouest du Bourbonnais, la vallée au-delà du Saint-Amandois, les plateaux de Combraille et jusqu’à la Marche… Sa situation justifie bien le nom de ce château…

Après la Révolution, cet ancien lieu noble est en possession de Francis Marier, marquis de Rochedragon qui lègue à sa fille, en 1826, le grand et le petit domaine de Mirebeau, ainsi que les domaines des Floux (ou Esfloux), de Villesoule et des Picards.

Le château de Mirebeau n’a certainement pas connu de hauts faits d’armes, mais le hameau, dispersé à l’intérieur du terroir, paraît avoir eu une certaine importance. Le vieux cadastre montre un parcellaire très morcelé et des maisons réparties à l’intérieur du grand cercle. Une chapelle a laissé son nom avec un champ de la chapelle près d’un vieux cimetière dont on ne peut remuer le sol sans déranger les ossements. Un prieuré y est encore mentionné en 1792, comme dépendant de l’ordre de saint Benoit de Souvigny. Une maison, dénommée l’« ancienne Mairie » porte un écusson. On montre encore la vieille école « pour les fils de riches » et celle « pour les pauvres », souvenir d’une époque où les enfants étaient éduqués suivant la situation de fortune des parents. Çà et là, on remarque des réemplois sculptés, pouvant provenir du château, de la chapelle ou de maisons de notables. Bref, Mirebeau - Mirbaud - eut un riche passé dont on ne connaît que peu de choses. Il y eut là un terroir florissant groupé autour de son château.

Eglise Saint Laurent (19ème siècle)

En 802, Charlemagne restitue à l’abbaye de Saint-Denis 18 églises dont celle de Verneix en Bas Berry.

L’actuelle église a remplacé, en 1885, une église romane sous le vocable de Saint Laurent, martyr et patron de la paroisse.
La décision de sa construction fut prise lors de la réunion du Conseil Municipal du 30 mai 1880 sous la présidence de monsieur Guillaumain, maire de l’époque.
Des modifications de plans furent demandées :

  • Le remplacement de la brique qui était utilisée dans les contreforts croisés, par de la pierre de taille afin d’assurer la solidité et la conservation de l’édifice
  • L’exposition sud-est. Cette exposition contraire à l’usage établi, fut imposée par la situation des lieux.

Le 15 juillet 1958, à la suite d’un orage, les vitraux et une partie du clocher furent endommagés. A l’occasion des travaux de réparations, toute la toiture a été refaite et les vitraux ont été rénovés.

Créée en 1998, l’association des amis de Saint Laurent s’est attachée à la restauration et à l’entretien de l’intérieur de l’église, en partenariat avec la municipalité. Ainsi toutes les peintures intérieures ont pu être refaites à l’identique.

Mobilier

  • Chemin de croix datant de la fin du 19ème siècle
  • Vierge polychrome datant du 16ème siècle tenant l’enfant sur le bras gauche, statue classée monument historique en 1958.

Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 24 mai 2013
par  gs

Le Saint Roch de Verneix

Le saint Roch de Verneix en l’église Saint Laurent

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456