Yssac la Tourette

Petit village, situé en Pays Brayaud,

La commune adhère, depuis sa création en 1997, à la Communauté de Communes des Côtes de Combrailles (canton de Combronde).

Toponymie
Yssac la Tourette est né de la réunion de deux fiefs voisins : Issat et La Turetta.
Issat (ou Issac) petit village situé côté Ouest du chef-lieu de commune actuel est cité par Grégoire de Tours : Oratorium, domus Isiacensis. : "Domus Iciacencis" (la maison d’Icius).
La Tourette (La Turetta = petite tour) côté Est du chef-lieu de commune actuel d’après des chartes de 1279 et 1309
Dès 1510, on le trouve dénommé Yssac-la-Torette, ce qui veut dire « La Tourette, près d’Issac »
Cette commanderie des moines Chapelains servant d’armes et partageront la justice avec le Seigneur du fief. Yssac et la Tourette associeront leur nom pour ne former qu’un seul village. (Vers 1653 ?) …Yssac ayant complètement disparu.
La carte de Cassini (vers 1777) figure deux localités aujourd’hui réunies : Yssac et Yssac-la-Tourette.

Patrimoine

  • Patrimoine bâti ancien, privé.
  • Maisons vigneronnes avec galetas, pigeonniers, granges, cuvages, puits.
  • Tour de la commanderie, tour du 16ème.
  • Gentilhommière du 17ème, maison renaissance,
  • Métairie du 16ème et diverses belles propriétés.
  • Le quartier des caves qui regroupait une centaine de caves creusées dans une butte de tuf calcaire.
  • Le petit pont enjambant le ruisseau : le Chambaron

Le 19ème sera un grand siècle pour le village, mais l’exiguïté des terres de la commune et le nombre d’habitants entraîneront dès 1860 un début d’exode. L’attrait de la ville attirera beaucoup de jeunes qui ne reviendront pas.
Ce sera surtout la vigne qui permettra au village de vivre, Les superficies vont croître progressivement et profiter du phylloxera qui ravagera le midi pour trouver de nouveaux débouchés. Cela durera le temps que mettra le phylloxera pour ravager le vignoble auvergnat et celui d’Yssac-la-Tourette.
Puis le village rentrera en somnolence.

Eglise Saint Joseph (18ème)

Inspirée du style roman.
Son saint patron : Saint Saturnin.

Le pignon ouest porte la statue de Saint Saturnin, patron de la paroisse.
En 1843, son curé Guillaume Douarre et plusieurs de ses habitants, Jean Raynaud, Jean Taragnat et Blaise Marmoiton, partirent pour aller évangéliser l’Océanie en tant que Maristes. Certains d’entre eux ne rentreront pas et mourront en Nouvelle Calédonie.

A l’intérieur

Le chœur et les chapelles latérales
  • Triptyque en albâtre sculpté

    Détail : Voir Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l’architecture et du patrimoine - diffusion RMN-GP.

  • Photos des retables avant leur vol
  • Statuaire

    A gauche, Saint Blaise
    A droite, Saint Saturnin

    A gauche, Saint André (bois polychrome)
    A droite, Saint Inée (bois polychrome)

Les croix

Les Croix, témoignages de foi, sont nombreuses dans le village, à la croisée de chemin ou de routes.

Sur la place de l’église, andésite 16ème s.
Croix de l’ancien cimetière, montée sur un piédestal circulaire à degrés.
Le croisillon est fait de bradiques réunis par un cercle et terminés par des fleurons bulbeux.
Croix double face Christ en croix sur l’avers et Vierge à l’Enfant au revers.
Croix écotée. Croix d’épidémie (8 croix en Basse Auvergne).
Elle pourrait commémorer la peste de 1526.
(Sources : Jacques Baudoin (Croix du Massif central)


Documents joints

PDF - 128.2 ko
PDF - 110.7 ko

Articles publiés dans cette rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456