Deneuille les Mines

Commune française, située dans le département de l’Allier, dans le bocage bourbonnais, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le bocage bourbonnais

Pays de bocages quadrillés par des haies (les bouchures) qui délimitent les anciennes propriétés morcelées, il est ponctué de forêts comme celle du pays de Tronçais, aujourd’hui la plus belle chênaie d’Europe.
La flore et la faune y sont variées et abondantes : chênes centenaires, sangliers, cerfs, chevreuils, rapaces et papillons…

Deneuille les Mines.

La commune a connu pendant plus d’un siècle un certain essor du fait de la découverte vers 1850 et de l’exploitation de gisements de houille. La mine était exploitée à ciel ouvert et à peu de profondeur (moins de 50 mètres).

Origine du nom ? :
C’est en 1925 que Deneuille prit le nom de Deneuille les Mines.

Eglise Saint Martin

XIIème

Cet édifice a été extrêmement remanié à l’époque moderne.
Il comprend une nef à quatre travées terminée par une abside en hémicycle. Le portail, bien que restauré, conserve son aspect primitif avec un tympan festonné.

A gauche, Saint Martial
A droite, Sainte Catherine martyre


hagiographie : Saint Martial Evêque de Limoges (3ème s.)
Nous avons sur lui deux biographies aussi fantaisistes l’une que l’autre, écrite l’une au VIIIe siècle, l’autre au XIe. Il serait le cousin de saint Pierre. Petit enfant, c’est lui que Jésus avait montré aux apôtres comme modèle sur le chemin du ciel. Il vint en Gaule prêcher cette Bonne Nouvelle qui avait marqué son enfance.
La réalité historique est sans doute mieux servie si l’on considère qu’il y eut un saint Martial, évêque de Limoges dans la deuxième partie du IIIe siècle, dont on ne sait que peu de choses. La vérité est meilleure que les imaginations légendaires.

" On sait très peu de choses sur saint Martial. Originaire sans doute d’Orient, envoyé par un pontife romain, il arrive en Limousin. Parvenu à Limoges, il s’y fixe, fonde un centre chrétien, convertit un certain nombre d’habitants appartenant notamment à la haute société, installe un sanctuaire hors de l’agglomération. Il réalise quelques voyages d’évangélisation mais pénètre peu les campagnes qui restent païennes. Il meurt à Limoges et est inhumé dans un tombeau situé hors de la ville.
La légende de Saint Martial est constituée au Xe siècle par les moines de l’Abbaye de Saint Martial qui veulent accroître le prestige de leur saint patron en en faisant un disciple du Christ, envoyé en Gaule par Saint Pierre. Cette légende est combattue au XVIIe et XIXe siècle, cependant saint Martial est bien un des premiers missionnaires de la Gaule et le fondateur de l’Eglise de Limoges."
(Source : Les débuts du christianisme en Limousin - diocèse de Limoges)

" Saint Martial, évêque de Limoges, est un des saints les plus populaires de l’Aquitaine. Aujourd’hui encore vingt-trois villages portent son nom, et de nombreuses paroisses lui sont dédiées. Il est généralement reconnu comme évangélisateur du Limousin et comme le fondateur du siège épiscopal de Limoges. Mais on a longtemps discuté sur son origine, sur l’époque durant laquelle il a vécu et sur le déroulement des principaux événements de sa vie, en particulier sur ses relations directes avec le Christ dont il aurait été l’un des disciples. Aujourd’hui son histoire, débarrassée de légendes qui s’étaient accumulées au cours des âges, apparaît plus clairement.
A la suite de Grégoire de Tours on admet qu’il fut un des sept évêques envoyés de Rome en Gaule vers les années 250. En effet les informations fournies par Grégoire de Tours ont été confirmées par les fouilles menées à Limoges en 1960-1961. Elles ont permis de retrouver la crypte de saint Martial contenant deux sarcophages monolithiques en granit, que les archéologues ont daté de la période allant du IIIe au Ve siècle : l’un serait celui de saint Martial, l’autre celui d’un des prêtres qui le secondait. Ces découvertes recoupent la chronologie établie par Grégoire dans son ’Histoire des Francs’.
Saint Martial était particulièrement honoré à Bordeaux. On conservait à la basilique Saint-Seurin son bâton pastoral que l’on portait en procession durant les épidémies. Une église de la ville lui est dédiée et un village de la Gironde porte son nom." (Histoires de la sainteté en Gironde - diocèse de Bordeaux)


Culots

A gauche, taureau ailé représentant l’apôtre-évangéliste Luc ?
A droite : oiseau représentant l’apôtre-évangéliste Jean ? (ou : pélican symbole du sacrifice eucharistique).

A gauche : homme représentant l’apôtre-évangéliste Matthieu ?
A droite, lion représentant l’apôtre-évangéliste Marc ?

A l’extérieur


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 9 juin 2016
par  gs

Le Saint Roch de Deneuille les Mines

Le Saint Roch de Deneuille les Mines en l’église Saint-Martin
Cette statue a été commandée en 1848 au sieur Démonteix, sculpteur à Pionsat.

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456