Clermont de l’Oise

Clermont, parfois nommée localement Clermont-en-Beauvaisis ou Clermont de l’Oise est dans le département de l’oise en région Picardie, au centre géographique du département, sur une colline de la vallée de la Brêche.
Clermont est à une soixantaine de kilomètres au nord de Paris.

Convoité par les Bellovaques à l’époque romaine, la ville, n’était qu’une simple colline. Elle fut ensuite occupée par un château comtal au 9ème siècle puis se transforma ensuite en petite place forte entourée de remparts vers le 13ème siècle.

Jusqu’au milieu du 17ème siècle, l’histoire de la ville ne fut qu’une suite ininterrompue de guerres et de pillages.
Pendant les guerres de religion, Clermont se déclara pour la Ligue et en août 1589, Henri IV s’empara du château.
En juillet 1615, le prince de Condé se retira à Clermont.

Le logo de la ville

Eglise Saint Samson


Hagiographie : Saint Samson
Saint Samson : Evêque de Dol (✝ 565)
Gallois qui s’en fut en Irlande pour s’initier aux méthodes missionnaires de saint Patrick puis vint en Bretagne armoricaine. Il évangélisa les populations jusque sur les bords de la Seine. D’ailleurs il est mentionné au concile de Paris en 557. Il fonda les monastères de Pental et de Dol-de-Bretagne. Seize communes portent son nom.

Gallois, il devint disciple de saint Iltut dans le Glamorgan. Ensuite il se fit moine puis devint abbé dans l’île de Caldey ; après un séjour en Irlande il se fixe en Cornouilles où il est sacré évêque par saint Dubrice ; il se rend alors en Armorique pour évangéliser la Bretagne où il établit sa résidence dans un monastère, à Dol, bien des siècles avant qu’il y eût un siège officiel ; il est toujours vénéré en Bretagne et dans le pays de Galles. (Diocèse de Beauvais)

Saint Samson est l’un des évêques fondateurs de l’Église de Bretagne. Dol sera plus tard l’une des étapes du pèlerinage des Sept-Saints, le Tro-Breiz.

À Dol de Bretagne, vers 565, saint Samson, abbé et évêque. Il propagea dans la Domnonée l’Évangile et la discipline monastique que l’abbé saint Iltud lui avait enseignés au pays de Galles.
Sources : Nominis

L’église a été consacrée par Jean de Marrigny sous le vocable de Saint Samson, évêque de Dol de Bretagne en 1327.

L’église Saint-Samson date des 15ème et 16ème siècles de style gothique et Renaissance.

Incendiée pendant la guerre de Cent Ans, seule une chapelle autour de la nef subsista.
L’église fut restaurée en 1495 puis en 1762 où l’on retourna les pierres tombales pour en faire un nouveau dallage.
Puis en 1785, le clocher est détruit par un incendie dû à la foudre, il fut reconstruit en 1812.

La façade ouest

La construction de l’église remonte au premier quart du 12ème, voire à la fin du 13ème.
Incendiée pendant la Guerre de Cent Ans, la partie sud fut reconstruite après 1495 en gothique flamboyant.
Le clocher date de la fin du 14ème siècle. Il fut décapité par la foudre en 1785 et restauré en 1812.
En 1788, le cimetière, situé au chevet de l’église, fut déplacé. Une croix y fut édifiée en 1828.
A l’intérieur, au-dessus de la porte de l’église, on peut admirer le buffet d’orgue de 1622. De beaux vitraux (Saint Jacques, Vitrail de la Vierge, Arbre de Jessé) datent du 16ème siècle, et ceux de Saint Samson et Saint Louis du 19ème siècle.
(In fiche signalétique de l’église)

Intérieur

  • La nef

    L’église est de proportions inégales (6 travées au nord de la nef pour 3 au sud) et des parties qui n’ont pas été construites comme le transept nord à cause des fortifications de l’époque.

  • Chapelles
    Chapelle du Sacré-Cœur
    Chapelle Saint Louis

    Le tableau : Le départ pour la croisade

    Chapelle Saint Roch

    A gauche, Sainte Genevière
    A droite, Sainte Catherine
    Précédemment chapelle Sainte Anne, la chapelle a été dédiée à Saint Roch en 1832, lors de l’épidémie de choléra qui s’abattit sur la ville.

    Chapelle du Saint Sépulcre

    Mise au tombeau : pierre polychrome du 16ème siècle.
    Le Christ est couché, dans une cuve oblongue, sur un suaire. À droite, Nicodème, et à gauche, Joseph d’Arimathie. A gauche, Marie-Madeleine, tenant un vase de parfum. Au milieu, la Vierge qui est soutenue par Saint-Jean et à droite, Marie-Salomé.
    Au dessus, la toile représente le tombeau vide.

  • Porte d’entrée (côté intérieur)
    Au tympan : Christ bénissant

    Jésus-Christ bénissant les fidèles et tenant l’évangile dans l’autre main. A ses pieds, Saint Samson et Saint Nicolas, les saints patrons de la paroisse.

    De gauche à droite :
    Sur les battants intérieurs du portail d’entrée, de gauche à droite : Abel, Noé, Melchisedec, Abraham, Jacob, Moïse, représentés en ronde-bosse.

  • Transi

    Encastrée dans le mur du bas-côté près de la base du clocher, le bas-relief en calcaire représente un cadavre (transi) pourrissant, les pieds agrippés à l’auge, tournés vers le chœur, les mains décharnées, les jambes maigres et la tête penchée.
    H : 37 cm, l : 95 cm, 16° siècle.
    La pierre porte l’inscription latine en lettres gothiques : quisquis ades tu morte cades ; tu morte cades, sta, respice, plora ; sum quod eris ; modicum cineris. pro me precor ora
    Qui que tu sois, tu seras terrassé par la mort.
    Reste là, prends garde, pleure.
    Je suis ce que tu seras, un tas de cendre.
    Implore, prie pour moi.


Transi
Le mot vient du latintransire, aller au-delà et donc mourir, relevé dès 1140. Il s’agit d’une figure sculptée du Moyen Age ou de la Renaissance représentant un cadavre décomposé (Le Petit Robert).
  • Fresque murale
    L’Adoration des mages toile de l’École française du 17ème siècle


    -* Statuaire

    A gauche, appuyé sur sa harpe, le Roi David, auteur de psaumes éponymes.
    A droite, Saint Jacques le Majeur

    A gauche, Christ
    A droite, Sainte Barbe

  • Vitraux
    Saint Jacques le Majeur
    Vitrail de scènes de la vie de Saint Louis
    Vitrail de scènes de la vie de Saint Louis
    Vitrail des saints patrons de la ville

    Vitrail Saint Samson

  • Fonts baptismaux

    Un bénitier de style rocaille provenant de la cour du couvent de Saint-André (sous-préfecture actuelle). Le fût est décoré d’un blason avec têtes de sanglier.

L’Hôtel de Ville

Façade
Détail de la façade

Articles publiés dans cette rubrique

lundi 6 avril 2015
par  gs

Le Saint Roch de Clermont de l’Oise

Le saint Roch de Clermont de l’Oise en l’église Saint Samson

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois