Saint Gilles Croix de Vie

Située sur la côte de Lumière, en Vendée, Saint Gilles Croix de Vie est née en 1967 de l’unification de deux communes situées de part et d’autre de l’embouchure de fleuve de la Vie : Saint Gilles sur Vie et Croix de Vie.
Le port de pêche de Saint Gilles Croix de Vie est spécialisé dans la sardine.

Toponymie
Le mot « Vie » est dérivé du mot Via (voie en latin, dans le sens de rivière navigable).

Histoire
Saint Gilles était connue sous le nom de Sidunum, Sidum ou encore Sidonum, dans l’Antiquité comme colonie phocéenne.
Le village est probablement Portus-Secor d’où Jules César lance sa conquête de l’Ouest de la Gaule au milieu du Ier siècle av. J.-C.
Au Moyen Age, le port est capable d’accueillir des navires d’une capacité de cent tonneaux.
Marie de Beaucaire fait construire au début du 17ème siècle le « grand môle » et le « quai neuf de Madame », puis une chapelle à Croix de Vie.


Pour la petite histoire
Lors d’un voyage en Bas-Poitou (la Vendée actuelle) avant sa mort en 1610, Henri IV passe une nuit dans le château de Beaumarchais, propriété de Vincent Bouhier de l’Ecluse, à une lieue de Saint Gilles. Il participe à une chasse à courre le lendemain.

Au 18ème siècle, Saint Gilles est le port par lequel transite les exportations du Bas-Poitou car la rivière la Vie permet le transport de céréales, de sel, de vin ou encore de bétail depuis le bocage.
La guerre de Vendée de 1793 à 1796 puis le soulèvement avorté durant les Cent-Jours en 1815, a fait opposer les adversaires (blancs, les Croix de Viols fidèles à la couronne) et les partisans (bleus, les Giras) de la Révolution française de 1789.
En cette époque le peuple, modeste comme les marins de Croix de Vie sont des royalistes tandis que la bourgeoisie, négociants et armateurs soutiennent le camp républicain puis Napoléon Bonaparte.
La séparation naturelle que constitue la rivière "la Vie" ne favorise pas les rapprochements et il faut attendre 1836 pour qu’un pont soit créé.


Pour la petite histoire
Les révolutionnaires rebaptisent Saint Gilles en "Port Fidèle" et Croix de Vie en "Le Hâvre de Vie".

Au 19ème siècle, avec les premiers bains de mer, le tourisme va devenir rapidement une activité importante pour les villes de Saint Gilles sur Vie et Croix de Vie qui prendra véritablement son essor avec l’instauration, en juin 1936, des premiers congés payés après l’arrivée au pouvoir du Front populaire.

Eglise Saint Gilles

L’édifice d’origine date du 9ème siècle pour les moines de Saint Michel en l’Herm ou ceux de Saint Gilles du Gard. Une bulle du Pape Callixte II en l’an 1120 mentionne Saint Gilles dans la liste des biens dépendant de Saint Gilles du Gard.
L’église fut détruite au début du 14ème siècle par les Anglais. Reconstruite par ces mêmes anglais, l’église garde depuis cette appellation "d’église des Anglais".
L’église fut de nouveau ruinée lors des Guerres de religion et de la construction d’origine, il ne subsistera que le bas-côté nord et le clocher.
L’église a été reconstruite en 1883 puis restaurée en 1977.
Le clocher culmine a 30 mètres. La flèche d’ardoises repose sur une pyramide carrée et se charpente sur une tourelle en calcaire des Charentes.

Les fenêtres sont gothiques et l’encadrement des portes est d’inspiration Renaissance.

Intérieur
L’église est voûtée sur croisée d’ogives et comporte six travées. La nef centrale (19ème) s’élève à 10,20 m et ses voûtes ont 4 parties.

Autel de la Vierge

Le maître-autel (1874) a une magnifique base éclairée représentant la Cène.

Vitraux

Le B.P. Montfort quittant notre port s’embarque pour la mission de l’île d’Yeu.

Un peu d’histoire
Pendant le Carême de 1712, le Père de Montfort prêche à la mission à l’île d’Yeu. En clôture, il décide d’élever un calvaire sur la hauteur de Ker Chalon, d’où le regard contemple la mer et embrasse une grande partie de l’île.
Victoire de Louis XIII sur l’armée de Soubise près de Saint Gilles (16 avril 1622).

Un peu d’histoire
Agé de 19 ans, Louis XIII écarte définitivement sa mère, Marie de Médicis, de la régence, lors de la bataille des Ponts de Cé, en 1620. Puis, le roi livre bataille contre les protestants, à Saint Jean d’Angély, en 1621.
Les protestants pillent et ravagent tellement le Bas-Poitou que le roi Louis XIII quitte alors Paris le 20 mars 1622 pour lancer une grande campagne contre les huguenots, en Aquitaine et débarque à Nantes le 10 avril.
La première étape de cette campagne sera l’île de Riez (isle de Rié), où Louis XIII affronte l’armée huguenote, commandée par Benjamin de Rohan, duc de Soubise. Le roi qui combat aux côtés de ses troupes prend un risque considérable en faisant traverser la Besse par son armée le 16 avril à minuit, à marée basse.
Toute retraite était impossible avant la basse mer suivante et à 4h du matin, les troupes royales fondent sur l’ennemi.
Soubise est perdu et fuit en abandonnant ses troupes pour aller se réfugier à La Rochelle, puis fuir en Angleterre.
Après cette victoire acquise avant midi, Louis XIII dîne à Saint-Gilles et se rend au château d’Apremont où il passe la nuit suivante.


La bataille des Ponts de Cé
Marie de Médicis, écarté de la Régence, 3 ans plus tôt, par son fils tentait de revenir au pouvoir. Le 7 août 1620 les partisans du roi Louis XIII affrontent ceux de sa mère, Marie de Médicis.
Face à l’armée du roi, les troupes de Marie de Médicis se sont trouvées sans commandement et l’armée royale n’eut qu’à les disperser dans une "drôlerie" générale. Depuis, cette bataille est connue sous le nom des "Drôleries des Ponts de Cé".

Evocation des noces de Cana.

Un peu d’histoire religieuse
Selon l’évangile de Saint Jean, « Le troisième jour, il y eut une noce à Cana de Galilée. […] Le vin venant à manquer […] Or il y avait là six jarres de pierre, pour les purifications des Juifs, contenant chacune deux ou trois mesures. Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau ces jarres ». Ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Puisez maintenant et portez-en au maître d’hôtel ». Ils lui en portèrent. […] L’eau était devenue du vin ».
A la sœur Saint Sulpice, la paroisse de Saint Gilles reconnaissante.

Un peu d’histoire
L’histoire de sœur Saint Sulpice est lié à l’histoire de la villa Notre-Dame, un établissement de santé spécialisé dans les soins de suite et la rééducation de la congrégation des sœurs Saint-Charles d’Angers qui est arrivée en 1863.
Sœur Saint Sulpice est arrivée à Saint-Gilles à cette époque avec une sœur infirmière.

Eglise Sainte Croix

Le premier édifice religieux est une chapelle bâtie à l’initiative de Marie de Beaucaire entre 1611 et 1613.
En fin du 19ème siècle l’église est agrandie par l’adjonction de deux chapelles latérales et d’un clocher, l’ensemble de style romano-byzantin selon les plans de l’architecte nantais Mesnard.

  • Chaire monumentale due au tailleur A. Léon des Ormeaux date de 1896.

Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 17 février 2016
par  gs

Les Saints Roch de Saint Gilles Croix de Vie

Les Saints Roch de Saint Gilles Croix de Vie en l’église Saint GillesSaint Roch, sur son chemin, guérit les malades de la peste.

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois