Quimper

La devise de Quimper

« Unanet e vimp kreñv », « Unis nous serons forts ».

Quimper (Kemper en breton), est située dans le nord-ouest de la France en Basse-Bretagne. La ville est le chef-lieu du département du Finistère. Elle est également la capitale traditionnelle de la Cornouaille, du Pays Glazik et du Pays de Cornouaille.

Toponymie

Civitas Aquilonia est un nom latin de la ville attesté au 11ème siècle. Beaucoup ont supposé qu’il s’agissait du nom de la ville à l’époque romaine, mais on ne peut rien affirmer.
Le nom de la commune en breton est Kemper, ce qui est interprété comme signifiant « confluent », la ville ayant été bâtie à la confluence de l’Odet avec le Frout.
Le mot kenber/kember a été expliqué récemment par ken + ber, où le premier terme signifie « ensemble » et le second terme désigne encore dans le breton contemporain un écoulement (verbe bera = « couler ») et a donné aussi le mot aber (ad + ber).
Le nom Quimper est la forme francisée de son nom breton, Kemper.
Sous l’Ancien Régime, la ville est communément appelée Quimper-Corentin, en référence à Saint Corentin, son premier évêque. Ce qualificatif permet à l’époque de la différencier des autres localités bretonnes portant le nom de Kemper, notamment les communes qui s’appellent aujourd’hui, en français, Quimperlé, Quemperven et Quemper-Guézennec.

C’est à Quimper-Corentin que Jean de La Fontaine place sa fable du Charretier embourbé.
Pendant la Révolution française, la commune a été rebaptisée Montagne sur Odet.

*****

Des silex, haches, tessons… retrouvés disséminées sur tout le territoire de la commune montrent que la zone a été occupée depuis plusieurs millénaires.
Des écrits de Jules César et des historiens grecs, on déduit que le site de Quimper était inclus dans la cité des Osismes dont la capitale, au moins après la conquête romaine, était Vorgium (Carhaix). Elle était à cette époque un carrefour entre plusieurs voies romaines.
La cité gallo-romaine semble disparaître à peu près complètement dès le 4ème siècle et on ignore tout de l’histoire du site au cours du très Haut Moyen Age. Dans le quartier portuaire a été retrouvée une nécropole datant de l’époque carolingienne. Cette ancienneté a amené à supposer que Locmaria a été le premier siège de l’évêché de Quimper et donc de sa cathédrale.
Déjà vers l’an 900, un certain Huarwethen porte le titre d’évêque de Saint-Corentin ; le personnage de Saint Corentin, premier évêque de Quimper selon la tradition, est mentionné vers 880 dans la Vie de Saint Guénolé. Dès les années 850, un autre document parle d’un dénommé Anaweten, qualifié d’évêque de Cornouaille et il n’est pas douteux qu’il devait résider à Quimper.

Rues de la vieille ville

Pont sur l’Odet

Suivez aussi les sous-rubriques ci-dessous

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois