Mourèze

En « Cœur d’Hérault », proche de Montpellier, sur la route du Haut Languedoc, Mourèze.
Situé à 250 mètres d’altitude, le village de Mourèze offre un des paysages ruiniformes les plus anciennement signalés de France.

Toponymie
Mourèze doit son nom au pré-celte : murr signifiant butte rocheuse.
En 990, la mention du castro Morecino offre un excellent point de départ sur le toponyme de Mourèze. Cette dernière note une prononciation vernaculaire « mo’redzen » dont dérivent les formes occitanes Morezeen 1162 et Mo’redze en 1185. Par la suite, on trouve en 1247/48 et au XVIe siècle, la latinisation de Mo’reze qui devient Moresio.
Ce n’est qu’à partir de 1622 que les formes françaises de Moreze et Mourèze font leur apparition.

Le village est effectivement dominé par un rocher aux parois verticales portant son château.

Ruines du Château

Histoire
L’homme a tiré parti de ce cadre depuis au moins le Néolithique. Dès cette époque, une petite agglomération s’est en effet constituée dans un enclos naturel.
On ignore cependant l’origine du village actuel. Les vestiges gallo-romains, éparpillés autour du village démontrent son occupation ancienne. C’est en tout cas autour de l’un des plus imposants piliers dolomitiques que le village s’est peu à peu structuré. La commune apparait dans les sources littéraires dès 990, sous le nom de Castro Morecino. C’est donc depuis le Xe siècle que la vie locale s’est organisée autour de sa forteresse ancienne.
Village « en circulade » à partir du Roc Castel, ce dernier permettait de contrôler les marges méridionales de la cité de Lodève (frontalière avec celle de Béziers), mais aussi un vieil itinéraire qui mettait en contact le bassin moyen de l’Hérault avec les monts d’Orb. Cette vieille place forte agrandie et remodelée tout au long du Moyen-âge, passa dans la sphère d’influence des seigneurs de Clermont et fut abandonnée au seuil de l’époque moderne.
En ce qui concerne son économie, Mourèze vivait essentiellement de la polyculture pendant L’époque médiévale.

De nos jours :

La configuration du village a su garder son organisation médiévale en « circulade », où les maisons convergent vers le clocher de l’église mais c’est surtout son patrimoine qui demeure sa principale ressource.

Patrimoine civil

Les rues étroites du bourg méritent un détour, ainsi que sa fontaine de marbre rouge et ses maisons aux escaliers extérieurs caractéristiques.

Toits de tuiles provençales.

Patrimoine religieux

  • Eglise Sainte Marie
    Gothique (XIIIe), calée sur son rocher, elle domine le village.
  • Mobilier
    PNG - 472 ko

Les environs

Mais c’est le cirque de Mourèze qui a fait la célébrité du village.
Le site dolomitique sculpté par l’érosion, apparait comme un paysage ruiniforme. Des formes bizarres permettent toutes les interprétations.

Le Cirque de Mourèze, a autrefois abrité les hommes de la préhistoire (plusieurs oppida et cavernes), puis accueilli les charbonniers et les bergers. Aujourd’hui, l’absence de troupeau laisse la végétation recouvrir le site, surtout fréquenté par les promeneurs qui viennent se perdre dans le labyrinthe naturel de ses rochers aux formes étranges.

Chaos au bord du cirque

Le parc des Courtinals est implanté dans un ancien type d’habitat préhistorique, occupé dès le néolithique moyen jusque vers 450 av. J.-C. (âge du bronze). Il est dominé par une barrière de rochers au pied desquels des abris naturels ont dévoilé des silex et des céramiques. Le sentier permet, en le parcourant, de découvrir plusieurs emplacements de cabanes de l’âge du fer et d’atteindre un belvédère d’où l’on peut admirer une vue générale du cirque.


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 9 novembre 2016
par  gs

Les saints Roch de Mourèze

Les saints Roch de Mourèze en l’église Sainte Marie

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois