Châtellerault

Châtellerault est située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Toponymie
Du nom de son fondateur, le vicomte Airaud (Airaldus), qui, en 952, a décrété cette vicomté propriété héréditaire et construit son château, Castrum Airaldi en latin qui devient Castel Airaud, puis Châtel Airaud, et aujourd’hui Châtellerault.

La Mairie


L’Hôtel des Sibilles
Cet hôtel particulier a été construit au début de la Renaissance (vers 1520), dans un style très proche de celui de l’hôtel Alaman. Ce nouveau h goût pour les décors de la Renaissance, venus d’Italie, entraîne la constrution ou la rénovation des logis médiévaux désormais passés de mode.
À la fin du 15e siècle, la famille Dupuy est déjà en possession d’un logis à cet emplacement. C’est peut-être Pierre Dupuy, avocat au siège royal de Châtellerault, qui y fait ajouter les élégantes ailes Renaissance côté jardin. La fille de Pierre Dupuy épouse au milieu du 16e siècle Gaspard d’Auvergne, avocat de James Hamilton, duc de Châtellerault, comte d’Arran et prétendant au trône d’Écosse. Il contribue alors probablement à son tour à l’enrichissement du décor des façades.
Outre de très beaux chapiteaux sculptes, l’hôtel est orné de curieux médaillons, représentant en alternance des prophètes et des sibylles, prophétesses de la mythologie grecque. Leur présence dans l’art au 16e siècle est caractéristique de la Renaissance. Le galion sculpté sur la façade rappelle celui qui figure sur les armoiries de James Hamilton. (In fiche signalétique de la ville)


L’Hôtel Sully
Cet hôtel entre cour et jardin est probablement construit à la fin du 16e siècle, par l’architecte Charles Androuet du Cerceau, pour François de la Béraudière, gouverneur de Châtellerault. Sa façade est richement décorée de guirlandes de fruits et de fleurs. Elle est organisée de façon symétrique autour d’un corps central qui accueille l’escalier. Des dépendances et un porche H monumental encadrent la cour pavée.
Il tire son nom du duc de Sully, ministre d’Henri IV et gouverneur du Poitou. Il aurait séjourné dans l’hôtel en 1597, époque où se réunit à Châtellerault l’assemblée de protestants chargés de rédiger l’Édit de Nantes, qui instaure la tolérance religieuse en France.
L’hôtel est acheté par la famille Creuzé en 1802. À la fin du 19e siècle, Adrien Creuzé effectue d’importants travaux sur l’hôtel. Les décors et peintures des salles néo-Renaissance datent de cette époque.
En 1952, l’hôtel est racheté par la Ville qui y installe un musée de 1984 à 2004.
L’hôtel abrite aujourd’hui des salles d’expositions temporaires. (In fiche signalétique de la ville)


La maison Descartes
Cette maison est probablement construite à la fin du Moyen Age par Pierre Rasseteau, aïeul du célèbre philosophe René Descartes. Le grand-père de ce dernier, Pierre Descartes, y a exercé sa profession de médecin. René Descartes naît non loin de Châtellerault, dans le village de la Haye (aujourd’hui Descartes) en 1596. Il passe une partie de son enfance dans cette maison.
La demeure présente toutes les caractéristiques des maisons bourgeoises du 15e siècle : un haut pignon donnant sur la rue, une tourelle abritant l’escalier en vis, des fenêtres à croisées en pierre… Le décor des façades a été modifié à la Renaissance. L’entrée donne accès à un porche voûté et à une cour pavée où se trouve le puits. La forme en L de la maison lui permet de se développer sur la profondeur de la parcelle tout en recevant la lumière de la cour arrière.
L’intérieur de la maison a été profondément transformé aux 18e et 19e siècles. Elle conserve de beaux plafonds à la française ainsi qu’une cuisine où se trouvent encore une pierre d’évier ainsi qu’un potager. (In fiche signalétique de la ville)


Le Chemin de Compostelle : la via Turonensis
La via Turonensis prend son départ à Paris au pied de la tour Saint-Jacques à Paris et relie Saint-Jean-Pied-de-Port en un peu plus de 1.000 kilomètres. Son nom provient du sanctuaire de saint Martin à Tours qui fut le grand pèlerinage du haut-Moyen Âge.
Peu après Paris, le chemin se sépare en deux branches par Chartres ou par Orléans avant de se retrouver à Tours, en un seul tracé qui correspond à un couloir naturel et historique de circulation de l’Europe du nord et du royaume de France jusqu’aux Pyrénées.
L’église Saint-Jacques de Châtellerault témoigne de cet itinéraire.

Les tours Vilmouth


Vestiges de La Manu, la manufacture d’armes de Châtellerault, implantée sur ordonnance royale le 14 juillet 1819, elle fut le véritable poumon industriel de Châtellerault aux XIXe et XXe siècles, comptant jusqu’à 8.000 ouvriers, surnommés les « Manuchards » durant la Première Guerre mondiale, jusqu’à sa fermeture en 1968.

Le pont Henri IV sur la Vienne près du confluent avec le Clain.

Église Saint-Jacques

Saint Jacques
A droite Sainte Radegonde

Église Saint-Jean-Baptiste


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 23 septembre 2023
par  gs

Les saints Roch de Châtellerault (Vienne)

Les saints Roch de Châtellerault- En l’église Saint-Jacques- En l’église Saint-Jean-Baptiste

Brèves

Météo Cournon d’Auvergne

dimanche 7 juin 2020

Météo Cournon-d’Auvergne Météo aujourd’hui Cournon-d’Auvergne