Vichy

Vichy : Reine des Villes d’eau

La présence d’un gué sur le Flumen Elaver (Allier) et des sources ont incité les Gallo-Romains à implanter une bourgade à la sortie du pont que Jules César a dû emprunter en 52 av. J.-C., à son retour de Gergovie. Ils ont été les premiers à connaître les vertus thérapeutiques des sources et à les exploiter.
Durant les deux premiers siècles de l’ère chrétienne, Vichy connaît ainsi une prospérité économique grâce aux thermes. À la fin du III° siècle, Dioclétien entreprend une vaste réorganisation administrative et cadastrale. À cette époque apparaît le toponyme Vipiacus (domaine agricole d’un certain Vipius) qui, par évolution phonétique devient Vichiacus puis Vichier en occitan, et que l’on écrit Vichy en français.
En 1527, le Bourbonnais est rattaché à la Couronne de France.
Dès la fin du 16° siècle, les curistes viennent se soigner à Vichy où les eaux acquièrent rapidement une réputation quasi miraculeuse. Certains intendants, tel Fouet, Chomel, inaugurent une codification des cures et donnent un grand lustre à la station en y attirant des personnalités importantes.
C’est pourtant la marquise de Sévigné, curiste en 1676 et 1677, qui populariserait la description des prises d’eaux et bains dans ses lettres. Les eaux de Vichy, la guérissant d’une fâcheuse paralysie des mains, lui permettent en effet de retrouver l’usage de sa brillante et précieuse plume.
L’entre-deux-guerres voit une reprise du thermalisme mais c’est la Seconde Guerre mondiale qui fait revenir la ville sur le devant de la scène.

Vichy ville thermale (2009)
PDF - 961.1 ko

A gauche, le parc des sources planté de marronniers et de platanes, au cœur de la vie thermale.
A droite, le pavillon des sources

Ci-dessous, le dôme du centre thermal (Style néo-mauresque)

Couverture de carreaux émaillés d’or.

Les sources

  • Sources chaudes

    A gauche, Grande Grille (40°) et à droite, Hôpital (33°) (Rotonde)

  • Sources froides

    A gauche, Lucas (24°) et à droite, Les Célestins (21,5°)


Histoire contemporaine.
Les 9 et 10 juillet 1940, dans la salle de l’opéra, les parlementaires votent les pleins pouvoirs constituants au Maréchal Pétain. Le régime républicain est aboli de facto, le lendemain, par la promulgation du premier Acte constitutionnel de Vichy ; l’État français, avec à sa tête Philippe Pétain, chef de l’État, le remplace. À partir de cette date, Vichy est, pendant plus de quatre ans, le siège du Gouvernement français.

Patrimoine

Le patrimoine architectural de la ville est récent (19° et 20° siècles) mais quelques vestiges antérieurs ont néanmoins subsisté.
C’est le cas de la borne milliaire En arkose, haute de 2,35 mètres, elle date de 248-249 et fut retrouvée en 1880 près du Centre thermal des Dômes.
Le couvent des Célestins, situé dans le parc des Célestins, a été construit en pierre au 15° siècle.
La Maison natale d’Albert Londres. Poète et journaliste (1884-1932) Disparu en mer.

A gauche, maison natale d’Albert Londres et en face, une belle entrée.

L’église Saint-Blaise

L’église Saint-Blaise, est un ensemble architectural composé de deux églises : la vieille église qui abrite la vierge noire miraculeuse et la nouvelle église de 1931.

  • La vieille église : Eglise Saint-Blaise.
    La vieille église romane est depuis le 17° siècle, le sanctuaire de Notre Dame de Vichy mais les premières mentions de cette dévotion à Notre Dame datent du 12°.
    C’est aussi l’une des églises d’origine de la communauté chrétienne de Vichy.
    La petite église Saint-Blaise est construite sur la chapelle Saint-Michel du château de Vichy. Lancée en 1672 par l’abbé Claude Mareschal, curé de Saint-Christophe, la construction est achevée en 1714 par son neveu, l’abbé Joseph Mareschal qui y est enterré.
    Elle devint après les guerres du 15° siècle, l’église paroissiale de la ville jusqu’à la construction en 1865 de l’église Saint Louis au centre de la ville.
    Elle est composée de pierres de Volvic. Le chevet rappelle son origine romane. Elle abrite les sépultures de la bourgeoisie et des intendants des eaux de la ville. Le curé de l’église l’a fait remanier fortement à partir de 1873 (porche néo-classique).
    Durant la Révolution Notre Dame de vichy qui appartient au groupe des vierges noires, a subi de graves dommages, mais sa tête ayant pu être sauvegardée et cachée jusqu’à la fin de la persécution, elle a été reconstituée en 1931.

A gauche, les murs autrefois recouverts d’ex-voto témoignaient de la reconnaissance très ancienne exprimée à Notre-Dame de Vichy encore appelée Notre-Dame des Malades.
A droite, Saint Blaise, évêque arménien de Sébaste, martyrisé en 316 et patron de cette église.

  • Notre-Dame des Malades (1925- 1931) : Entièrement vouée à la vierge.
    Art déco : Architectes : Chanet et Logier. Le clocher n’est construit qu’en 1956


    Le dôme de l’église est surmonté d’une statue de la vierge de plus de 5 m de haut. Elle est présente aux pieds du Christ dans la coupole, sur les verrières lumineuses des frères Mauméjean.
    C’est la première église construite en béton armé. Elle est aussi un exemple unique de l’Art déco à ses débuts.

Sur les murs autour de la nef sont peints 20 sanctuaires dédiés à Notre Dame. Dans le chœur, Marie illustre « le don de l’intelligence ».

Les vitraux récents, dénotent une certaine originalité tel celui de la Vierge qui exauce vite.

A gauche, vitrail de « La vierge qui exauce vite »

Les grands moments de la vie de la vierge sont reproduits dans la lumière des verrières qui entourent la nef.

Représentation de nombreux saints.

A gauche, Saint Christophe ; A droite, Saint François de Sales.

A gauche, Thérèse de l’Enfant Jésus ; A doite, Bernadette Soubirous.

Au dessus des fonts baptismaux : le Baptême de Clovis et de son armée par Saint Rémi à Reims en 496. En face Ste Clotilde, son épouse.

A gauche, Baptême de Clovis ; A droite, Sainte Clotilde.

  • Eglise Saint Louis.

Le jeudi 4 juillet 1861, Napoléon III arrive à Vichy pour sa première cure.
Le dimanche 7, il se rend à la messe dans la minuscule église Saint-Blaise où le curé Louis Dupeyrat lui réclame « un temple digne de Dieu ». Le décret du 27 juillet 1861 prévoit la construction d’une nouvelle église. Celle-ci, construite par Jean Lefaure (l’architecte des chalets impériaux), est ouverte au culte sous le vocable de Saint-Louis le 2 juillet 1865 en l’absence de l’Empereur non venu à Vichy cette année-là.
Les neuf vitraux du chœur représentent des saints portant les noms de certains membres de la famille Bonaparte. Ils sont dus au réputé Antoine Lusson qui avait rénové les vitraux de la Sainte-Chapelle.


Pour la petite histoire.
Un vitrail étant à l’effigie de Napoléon, on pensa à célébrer une fête de la Saint Napoléon le 15 aout date anniversaire de Napoléon 1er.

« … la première occurrence d’une fête de la Saint-Napoléon apparaît dans l’Almanach national de l’an XI (1802-1803). Au lendemain de l’Assomption, on y trouve en effet la mention : Thermidor 28 vendredi ; Saint Napoléon. C’est apparemment Portalis, ministre des Cultes de 1804 à 1807 qui, en 1806, eut l’idée de faire de la Saint-Napoléon une fête nationale à l’instar de la Saint-Louis médiévale et suggéra de la célébrer le jour de l’Assomption, date de l’anniversaire de l’Empereur et jour de la ratification du Concordat… »*
*Sources : « Dictionnaire des saints imaginaires et facétieux » Jacques E. Merceron Éd. Seuil.

Lors de son dernier séjour de 1866, l’Empereur découvre enfin son œuvre en assistant à deux messes : le 29 juillet avec de nombreux dignitaires, puis le 5 août avec le Prince impérial.
L’église s’est enrichie en août 1915 de la peinture murale « à la gloire de Saint-Louis » d’Alphonse Osbert (1857-1939) et en 1944 de la statue de « Saint Louis juvénile » due au sculpteur cussétois Raymond Rivoire (1884-1966).
En juin 1990, l’orgue Aubertin remplace l’ancienne orgue Merklin de 1943, arrêtée en 1986.

  • Extérieur
    Tympan porte d’entrée (rue de Paris)
  • Intérieur
    Chœur -Vitraux représentants certains membres de la famille impériale
  • Mobilier.
    • Saint Expedit, patron des causes désespérées.
    • Boiseries (A gauche, Saint Christophe)

Articles publiés dans cette rubrique

samedi 24 septembre 2011
par  gs

Le Saint Roch de Vichy

Le Saint Roch de Vichy en l’église Saint Louis

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456