Saint Amant-Tallende

Commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d’Auvergne, elle fait partie de l’aire urbaine de Clermont-Ferrand.
Saint-Amant-Tallende se situe sur la fin d’une coulée de lave de 15 km (une cheire), issue des coulées conjointes des Puy de la Vache et Puy de Lassolas. La Veyre coule à gauche de la coulée alors que la Monne coule à sa droite.
Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom d’Amant-la-Cheyre.

Patrimoine civil

Le château de Murol en Saint Amant

Le château se dresse au-dessus de la Monne, au sud du village

Le nom de la forteresse de Murol en Saint Amant apparait dans les archives au cours du 13ème siècle.

La maison forte de Murol entre dans la famille de Murol en 1347 avec le mariage de Randonne de Panhac et d’Amblard de Murol.
En 1586, la Reine Margot, y fait un court séjour, avant son exil à Usson .
En 1629, la maison forte est achetée par Annet Bouchard qui la restaure et l’embellit.
Son arrière-arrière-petite-fille, Gabrielle Bouchard de Murol, épouse en 1735 son voisin, Claude de Cousin, seigneur de la Tour Fondue, qui devient alors seigneur de Murol et de la Tour Fondue.
Sous la conduite d’un élève de Viollet Le Duc, l’architecte Louis-Clémentin Bruyère, opère à partir de 1875 une transformation radicale de la « maison forte » de Murol en château néogothique. Ruiné par ses travaux, Anatole de la Tour Fondue s’exile au Canada en 1908 où il mourut.
En 1921, ses filles cèdent le château « en état d’abandon » à leurs cousins René et Edmond Giscard. La famille Giscard d’Estaing en est toujours propriétaire.

Poivrière et gargouilles
Pont à redents sur la Monne

Patrimoine religieux

Eglise saint Amant

Achevée en 1862, elle remplace l’église romane construite sur l’emplacement de la chapelle du château de Murol.
Eglise néo-classique, de plan rectangulaire elle comprend une nef centrale de deux travées et deux bas-côtés.

Intérieur

  • L’abside et le chœur.

    L’abside est revêtue de boiseries qui se prolongent dans le chœur par des stalles.
    Au centre de la boiserie : une plaque commémorative, l’autel est face au peuple.
    En arrière-plan une composition contemporaine rappelle le sacrifice de la croix.
    Au centre : le Crucifié.
    De part et d’autre : Marie sa mère et Saint Jean le disciple
    Eclairage par une verrière centrale :

    Au centre : Le Nouveau Testament : le Christ et la Vierge Marie entourés par les quatre évangélistes qu’on reconnaît aussi à leurs attributs : lion, taureau, aigle, ange ou homme.
    De chaque côté :

    L’Ancien Testament : les quatre prophètes : Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Daniel.

  • Le chœur est flanqué de deux chapelles situées sur le même plan et avec lesquelles il communique directement par une ouverture située au-dessus des stalles.
    • Au nord : Chapelle dédiée à Notre-Dame de Lourdes.
      Elle est éclairée par trois vitraux représentant : de droite à gauche

      Saint Ferdinand (1863), Saint Pierre, l’Immaculée Conception.

    • Au sud : Chapelle du Sacré Cœur
  • Le transept est occupé par deux chapelles :
    • Au Nord :

      Deux baies évoquent la Sainte Famille : A gauche, Marie et Jésus et à droite, Joseph, père nourricier de Jésus.

Au-dessous la statue de Saint Amant domine l’autel.

Côté épître :

A gauche, Marie Immaculée.
A droite, Joseph et Jésus.

Côté évangile :

A gauche, Saint Antoine l’Egyptien.
A droite, Saint Jean-Baptiste.

    • Chapelle sud

Face à la famille de Jésus : la famille de Marie.

Joachim et Anne, parents de Marie.

Sainte Anne : Tableau, don de l’Etat

A gauche, Anne et Marie enfant.
A droite, Marie et Jésus.

Pietà encadrée par deux personnages témoins de la crucifixion
  • Mobilier.
    Tabernacle sous un dais et lutrin
  • Les vitraux :
    Bas-côté nord :
    Saint Augustin ; Saint Louis ; Saint Guillaume

    Bas-côté sud :

    Sainte Marie-Madeleine ; Saint Alexis (E. Thibault, 1864) ; Saint Léon ; Sainte Lucie

Dans chaque chapelle du transept, le même oculus :

  • La tribune

    Dans l’avant nef, de chaque côté de la porte d’entrée : au bas des collatéraux :
    Saint Jean-Baptiste, Saint Michel

  • Sous l’arcade, portraits des bienfaiteurs :

    Jean Villot (1905-1979)
    Jean-Baptiste Astier (1810-1882)

  • A l’intérieur des piliers :

    A gauche, Saint Eloi patron des charrons et des orfèvres.
    A droite, Saint Verny (bois : polychrome du 18ème siècle) patron des vignerons. La coutume veut, si la récolte est mauvaise, qu’on lui enlève le chapeau ou qu’on le tourne le nez au mur.
    La porte s’ouvre sur le parvis d’où on peut admirer

    Au-dessus du portail une statue de Saint Amant.
    Et un peu plus loin, une salamandre, deux commandes de M. le curé Jacques Besset.


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 5 mars 2014
par  gs

Les Saints Roch de Saint Amant Tallende

Les Saints Roch de Saint Amant Tallende en l’église Saint Amant

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456