Bournoncle Saint Pierre

Les premiers écrits relatifs au Prieuré Clunisien de Bournoncle saint Pierre en Haute Loire, datent de l’an 955. Dans ce contexte, le prieuré a aujourd’hui plus de 1000 ans d’existence.
Bournoncle devient donc le siège d’un prieuré dépendant de Sauxillanges.
Plusieurs moines l’habitent et pratiquent la culture, notamment de céréales. En 1096, l’église primitive de Bournoncle est confirmée en la possession des moines du prieuré Saint-Pierre par Urbain II et on sait, en 1132, que le monastère compte 18 mas et 13 appenderies. En 1577, Dom Jean Chardie, prieur de Sauxillanges met en vente la baronnie et la seigneurie de Bournoncle, avec maintien des redevances au monastère de Sauxillanges.

Le prieuré est réaménagé en 1777 pour l’extension des granges à Dîmes sur les anciens fossés du monastère. C’est à cette époque qu’est bâti le portail monumental. D’importants travaux de restauration de l’église se déroulent en 1820, 1880 et 1896 (clocher et cloches).

Le prieuré n’est restauré qu’au cours du 20ème siècle et un projet de réhabilitation de l’église est proposé au 21ème siècle.
Sauvé in extremis de la ruine, il a été admirablement restauré par un couple de parisiens et leurs quatre enfants pendant 20 ans….de travaux.
Les premiers écrits relatifs à Bournoncle-Saint-Pierre sont contenus dans la charte 82 du cartulaire de Sauxillanges. Cette charte est signée par l’abbé Mayeul. C’est donc entre l’an 954 et 994 que fut fondée la "villa" de Bournoncle.
En 954, une dame Aldéarde offre au Monastère de Sauxillanges ses possessions et biens (église, maisons, champs, près, redevances) de « la villa » de Bournoncle et de celle de Barlières.

En 1132, le Monastère de Bournoncle possède dix-huit mas et treize appenderies.

La Guerre de Cent Ans (1337 - 1453)
Un dénommé Seguin de Badefol né en 1330 au château de Badefol, entre au service des « Anglais ». Avec ses 2000 routiers, il mène non seulement bataille mais rapine.
L’Auvergne et en particulier Brioude n’y échappent pas. La dévastation, l’incendie, le meurtre et le viol marquent leur pas.

En dehors des périodes de famine, d’épidémies et de guerre, Bournoncle mène une vie rurale paisible tandis qu’au gré de leurs loisirs Rois de France et Papes fréquentent la contrée.

Un passé prestigieux
Alors que le Pape accorde au Roi de France la vente de 50 000 écus de rente des biens des églises de France pour subvenir aux nécessités du Royaume, le Prieuré de Sauxillanges est taxé à la somme de 32 écus de rente.

Dom Charlie, alors Prieur, pour satisfaire au paiement de cette taxe, met en vente, la seigneurie de Bournoncle.

Jean de La Guiche s’en porte acquéreur le 28 février 1577 et devient le premier seigneur de Bournoncle.

Par lettres du 25 février 1580, dans lesquelles il qualifié de « Baron de Bournoncle », il devient Chambellan de François de France , frère du roi.

Bien qu’il ait prononcé les vœux de religion à savoir pauvreté, chasteté et obéissance, il épouse le 13 mai 1582 Françoise de Lastic. Cette union déplait particulièrement à la famille de Françoise de Lastic .

Condamné à la saisie des biens à l’issue de deux procès en novembre 1582, Jean de La Guiche, en raison des relations avec le pouvoir royal, obtient la dispense des peines.

De son mariage avec Françoise de Lastic, naît Louise de La Guiche, seule héritière de la seigneurie de Bournoncle. Par son mariage le 10 mai 1611 avec Louis Antoine de Larochefoucauld, elle porte à son époux les biens de Bournoncle et le titre de seigneur des lieux. elle apporte également les biens de la famille de Lastic, dont sa mère en est la seule héritière. Ils ont 10 enfants dont

François qui reçoit la seigneurie de Bournoncle.
François de Larochefoucauld, seigneur de Bournoncle.
François a la passion très prononcée pour le vin de pays. Il épuise sa cave et échange le comté de Rochegonde contre la cave du Sieur Lhuier.

La famille de Larochefoucauld bondit d’indignation à l’annonce d’un tel marché
Claude Lhuilier, Conseiller du Roi, reçoit un tiers de seigneurie de Rochegonde et à partir de 1684 il prend, à bons comptes, le titre de « Co-seigneur de Rochegonde ». La famille sera anoblie et portera le nom de Lhuilier d’Orcières.
François de Larochefoucauld est vraisemblablement décédé, après 1700, sans postérité.

Qu’advient-il du domaine de Bournoncle ? A-t-il été vendu à la mort du dernier seigneur en titre ? Le domaine de Bournoncle a-t-il été morcelé ?
Le 8 février 1707, un couple de bourgeois Louis Bastier et son épouse Marguerite Trioullier, acquièrent la terre de Barlières appartenant à Maximilien de Rochemonteix , Seigneur de La Roche et de Vernassal, tandis que leur installation se fait à Bournoncle.

Présents à Bournoncle en 1724 ils vivent des rentes de leurs domaines. Qualifiés de « bourgeois », ils sont traités avec égard et disposent du privilège d’être inhumés dans l’église de Bournoncle jusqu’en 1764.

En 1747, leur fille Claudette épouse Pierre Dalbine Notaire Royal à Jumeaux qui, en 1774, porte le titre de « Châtelain de Bournoncle et de ses dépendances ».

Jusqu’en 1830, les Bastier restent propriétaires des domaines de Bournoncle et de Barlières. Pierre Gilbert Bastier vend le domaine de Bournoncle à Monsieur Alteroche, avocat à Issoire (10 juin 1830),

Les derniers acquéreurs vendent à leur tour tous les parcelles éloignées ou détachées…
Celle de Bournoncle est vendue à Sœur Thérèse Casati, Religieuse de Saint Vincent de Paul et propriétaire de l’école libre des filles.
Aujourd’hui entièrement restauré il appartient à un particulier qui a obtenu le label du patrimoine historique, il fait partie des itinéraires culturels européens. Des visites et des animations (expositions, concert…) y sont organisées.
Dans l’enceinte du prieuré clunisien, on trouve une église romane du 12ème et 13ème siècles

Eglise Saint Pierre.

A l’extérieur

Le chevet
  • Portail ouest.

L’entrée ouest est fermée par un portail orné de ferrures

A l’intérieur
A l’intérieur une tribune en bois domine le départ de la nef centrale

.

  • La tribune
  • Le chœur

    A gauche, le chœur est couvert d’une voute en cul de four.
    A droite, Saint Pierre.

  • Chapiteaux : chapiteaux romans polychromes.

Chapiteau de la parole : un serpent mord l’oreille du personnage : mauvaise parole.

idem

Surgissant de feuille d’eau ou de feuille d’acanthe, d’énigmatiques masques ou visages grimaçants .

  • Chapiteaux un peu plus élaborés

    A gauche, le Pélican symbole de l’Eucharistie. Comme le pélican sauve ses enfants au prix de sa vie en les abreuvant de son sang , Christ sauf l’humanité en versant son sang sur la croix et en devenant sa nourriture dans l’ Eucharistie.
    A droite, Sirènes bifides


Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 31 août 2014
par  gs

Le saint Roch de Bournoncle Saint-Pierre

Le saint Roch de Bournoncle en l’église Saint-Pierre

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois