Noiretable

Noirétable, bourg de 1800 habitants au cœur des Monts du Forez est un point de passage obligé entre les régions Rhône-Alpes et Auvergne. C’est une commune accueillante qui se développe et progressivement devient le moteur des Monts du Forez. La Commune est adhérente à la Communauté de Communes des Montagnes du Haut-Forez et aussi au Pays du Forez et au Parc Naturel Régional Livradois Forez.

Toponymie
Nigrum stabulum viendrait d’une étape, un relais, dans la sombre forêt, sur l’une de ces antiques voies romaines qui constituaient un réseau routier aussi extraordinaire par sa qualité que par son étendue : , celle de Lyon à Clermont-Ferrand et au-delà.

Puis, ce fut un lieu d’évangélisation, de mise en valeur, de peuplement au début du XIème siècle, époque du plus beau développement des Bénédictins de Cluny dont l’Abbé, Saint-Odilon fut peut-être le fondateur du Prieuré de Noirétable.

En parcourant les vieux registres paroissiaux du canton de Noirétable, on trouve mention à plusieurs reprises des diverses calamités qui ont assailli autrefois notre pays, la peste noire de 1348, et surtout la peste de 1628 et la famine de 1694.

A partir de 1632, il n’y eut plus de victimes de la peste dans notre région.

Eglise

XVème ; style gothique flamboyant dans son ensemble

Le porche s’étendant en avant de la façade. Au sommet du fronton se dresse la statue de St Jean-Baptiste, dans une pose évoquant un empereur romain ; de part et d’autre, Moïse et Elie. Toutes ces statues du 17° s, en pierre noire de Volvic, proviennent du monastère de l’Hermitage d’où elles furent apportées sous la Révolution.
Le porche, autrefois beaucoup plus vaste, servait de marché couvert.
Sous la voûte, à gauche, une statue représentant Madeleine étendue (17°s), la main sur un crâne, provenant elle aussi de l’Hermitage.

  • Cadran solaire : Place de la Mairie

Au sol : Cadran analemmatique, gravé sur pierre et marbre chiffres dans dalles, échelle des dates avec repères et initiales des mois.
Tableau de l’équation du temps, style humain, daté 2000.

  • Le "Baiser de la Paix" de Noirétable

est probablement la plus belle œuvre d’art que nous possédions dans la région.
C’est une œuvre d’ivoire ciselé, épousant la forme arrondie d’une défense d’éléphant. Il mesure 24 cm dans sa plus grande hauteur et 13 cm de diamètre.

Il représente la Vierge glorieuse tenant son enfant qui égrène le rosaire. De chaque côté, aux pieds de la Vierge, St François et St Dominique, propagateurs du Rosaire, avec un frère de leur ordre. Tout autour quatre anges portent les instruments de la Passion. C’est une merveille de ciselure minutieuse : la Vierge en gloire est située dans un ovale de petites roses admirablement sculptées. La pièce d’ivoire est sertie dans un cadre d’argent, alors que dans la concavité de la défense une poignée a été taillée dans la masse.

Origine de cette œuvre :
Par son testament du 24/06/1675, le chanoine de la Mure donnait le dit « Baiser de paix » à la collégiale de Montbrison.
Vendu à l’encan à l’époque de la Révolution, il se trouvait, vers 1820, entre les mains de M. Antoine Barge, Médecin à Noirétable, Recteur de la confrérie des Pénitents, à laquelle il en fit don. M. Barge tenait-il cette pièce de son frère, avocat à Montbrison ?

Une décision ministérielle du 7/10/1935 a classé cet ivoire monument historique.
Cette pièce est datée du XVe s ou du début du XVIe s.
Les spécialistes hésitent sur son origine flamande ou allemande.
D’autres, bien que la Madone paraisse à première vue une Madone allemande, estiment que cette œuvre est française du centre ou du nord.

Cette œuvre d’art a fait partie de l’exposition d’art marial, à Lyon, en été 1954.
(Article tiré de "Lien" de Novembre 1954)


Suivez aussi les sous-rubriques ci-dessous

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois