Saint Laurent sur Gorre












Saint-Laurent est né de la présence d’un gué sur la Gorre reliant deux nœuds de voies de crêtes préhistoriques. Cette particularité lui a sans doute valu de se trouver sur la route des Vandales quand, au début du Vème siècle, les Barbares ont envahi la riche province de l’Empire romain qu’était la Gaule. Au passage, ils ont anéanti les superbes villas gallo-romaines étalées sur les versants ensoleillés de ses coteaux.
L’histoire de Saint-Laurent avait commencé bien avant à l’époque néolithique, avec l’arrivée de constructeurs de mégalithes, de Ligures, d’Ibères et de Celtes devenus membres de la Nation gauloise des Lémovices.
Après l’apparition des rois francs, Saint-Laurent comme tout le Limousin, est ballotté entre l’Aquitaine et la Trancie", entre les Plantagenêts et les Capétiens, entre les Français et les Anglais. Depuis le XIIIème siècle, sa position frontière dans une enclave poitevine (la Vicomte de Rochechouart) à l’intérieur de la Vicomte de Limoges, a évidemment envenimé la situation de Saint-Laurent
De ces ternps-là, subsistent surtout des échos des chevauchées du vicomte de Limoges Aymard V et de Richard Cœur de Lion devant le château et la « ville » de Saint-Laurent ainsi que des conflits entre Aimery VIII de Rochechouart et son beau-frère Guy VI de Limoges lors de l’annexion de Saint-Laurent à la province du Poitou. Mais on connaît aussi l’installation d’un prieuré bénédictin à Beauvais, les manifestations de la sollicitude de Simon de Rochechouart pour son fief laurentais, son hôpital et sa maladrerie, à la grande époque des passages de pèlerins et de marchands (fin XIIIème- début XIVème siècle).
La fin de la Guerre de Cent Ans va offrir à Saint-Laurent une nouvelle sorte de seigneur. La seigneurie est sortie des mains des vicomtes locaux et elle est passée dans celles de hauts fonctionnaires royaux. La première dynastie, celle des Bermondet, l’a dotée d’un château neuf et lui a obtenu du roi Chartes IX le droit de tenir une foire mensuelle, ce qui était un énorme privilège.
À partir du règne d’Henri IV, Saint-Laurent a prospéré. Le bourg, qui avait déjà comblé les fossés de son château, s’est construit une Grand’Rue et un beau pont barré d’une porte, à la fois poste de guet et octroi. Quelques-uns de ses bourgeois ont entrepris leur ascension vers la noblesse et se sont fait bâtir des « maisons de maîtres » au cœur du bourg et dans les fiefs d’alentour. Aujourd’hui, on reconnaît celles-ci à leurs hauts plafonds et leurs larges escaliers tournants.
(http://www.france-voyage.com/communes/saint-laurent-sur-gorre-34611.htm)

L’église Saint Laurent

L’église Saint Laurent est un lourd édifice composite mi-roman, mi-gothique en granit blond doté d’un chœur en abside et d’un transept de l’époque romane (11ème - 12ème siècles), dont la croisée supporte un clocher carré couvert en bardeaux de châtaignier aux arêtes garnies par des colonnes rectangulaires. Les deux travées de la nef voûtées d’ogive sont de style gothique (15ème siècle). Les deux chapelles latérales, de part et d’autre du chœur, ont été ajoutées plus tard.

Les modillons
Retable et maître-autel en bois sculpté, peint et doré
Bannières processionnelles brodées
Cuve baptismale romane
La chaire à prêcher en chêne sculpté

Les 4 évangélistes et leurs attributs (Tétramorphe) sont sculptés dans les panneaux formant la cuve.
Sur le montage ci-dessus :
En haut, à gauche, Marc et le Lion.
En bas, à gauche, Luc et le Taureau.
En haut, à droite, Jean et l’Aigle.
En bas, à droite, Matthieu, l’Homme.

Saint curé d’Ars, Saint Antoine de Padoue, Saint Jean le Baptiste, ?


Pays de Pierre à légendes

Un des 87 mégalithes recensés en Haute-Vienne.

La pierre levée de La Côte

Pierre levée, non occitan des monuments funéraires mégalithiques (c’est-à-dire en pierres de grandes dimensions) de l’époque néolithique. ils jalonnaient les voies de grande circulation.
C’est à partir du 19ème siècle qu’ils ont pris le nom de dolmen, issu du breton.

Le monument est du type « dolmen simple » est constitué de deux orthostates, d’une dalle de chevet et d’une dalle de couverture en gneiss, roche locale.
La chambre mesure : L. 1,80 m ; l. 1,25 m ; H. 1,30 m à 1,50 m.
La dalle de couverture mesure : L. 3,10 m ; l. 2,10 m ; ép. 0,50 m.

Beaucoup de ces monuments ont fait (et font encore parfois) l’objet de légendes. La plupart des traditions concerne la Vierge ou les Fées.

Un peu de patrimoine sur le bord de la route

Les nourricières écornées

Monsieur et madame Faisan


Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 29 avril 2012
par  gs

Le Saint Roch de Saint Laurent sur Gorre

SAINT ROCH, XVII° siècle. - Eglise de Saint-Laurent-sur-Gorre.
Belle chevelure bouclée qui encadre le visage très expressif. On discerne encore ce qui reste du chapeau. Robe à large col retenue par une ceinture. Le manteau couvre le bras et l’épaule gauches ; la main du même côté en ramène le pan (…)

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829301Bouzais">23
456789Vaudevant...(3 événements dans cette journée)">10
Cargèse">11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois