Romagnat

Comme bon nombre d’églises, celle de Romagnat a été construite en plusieurs campagnes, à des époques différentes.

A l’origine, sur les lieux et place actuelle de l’église, devait se trouver édifiée une chapelle ou une église carolingienne, plus petite. Il ne reste rien d’apparent de cette construction à laquelle font allusion les archives.

A cette époque le cimetière devait se trouver, côté nord car des ossements ont été mis au jour lors de la construction du quartier situé en bordure de la « rue de l’église ». Ce dernier a probablement été déplacé derrière le chevet de l’église.

Un certain nombre de sépultures auraient été faites à l’intérieur de l’église. Plusieurs pierres tombales sont visibles, dont celle de Pierre Carmantrand.
Des enfants baptisés qui décédés en bas âge, furent ensevelis au pied du pilier qui porte la croix.
Ceux qui mouraient à la naissance ou sans baptême étaient ensevelis dans un cimetière en dehors du bourg lieu appelé " Mourny " mot patois signifiant " mort-nés ".

Au 12ème siècle, en 1145, Pierre de Romagnhac, vicaire général et archidiacre à la cathédrale de Clermont fait entreprendre la construction de cette nouvelle église dont il subsiste aujourd’hui la nef centrale et la partie qui servait de sacristie.
Cette église fut dédiée à Saint Saturnin, évêque de Toulouse qui est encore le patron de la paroisse de Romagnat.
A cette époque Romagnat était un lieu de passage et une halte pour les pèlerins qui se rendaient à Compostelle.

En 1679 un " Bref " du pape Innocent XI est adressé à la paroisse de Romagnat qui confirme l’hypothèse d’un pèlerinage à la fête de Saint Loup.

Durant la Révolution de 1789, l’église allait subir quelques outrages. En 1793 les cloches furent cassées à l’exception de l’une d’elles que les Romagnatonais avaient pris la précaution d’enterrer. En juillet l’église fut pillée. Elle fut fermée le 29 Germinal, an 3 de la République et vendu au sieur Tache moyennant 55 livres par an.
Cette location-vente sauva probablement l’église de la fureur de Couthon.

Eglise Saint Saturnin (1145 - )

  • A gauche, entrée nord
  • A droite, entrée sud surmontée d’une statue en bois de Saint Verny, de facture moderne en remplacement d’une statue plus ancienne qui a été dérobée.
    Abside en hémicycle et contreforts

A l’intérieur

  • A gauche, Nef Voûte en berceau
  • A droite, Rond-point et Déambulatoire

Les piliers de la nef, construits en appareillage grossier, sont en grès et offrent deux particularités :

  • A gauche, la base de ces piliers ne comporte ni socle, ni semelle comme la plupart des piliers de construction classique. Ils sortent ainsi du sol parce qu’ils reposent sur des vestiges d’une église carolingienne située à environ 1,20 m en dessous du sol actuel.
  • A droite, les piliers ne sont pas droits : Défaut de construction dû à des mensurations moins précises qu’aujourd’hui ou bien symbole car il était coutumier lors de la construction des églises, de rappeler la tête du Christ inclinée dans la mort sur la croix.

Travée nord, dans la Chapelle de la Vierge, un pilier porte un témoin qui laisse à penser que l’église était peinte de couleurs vives.

Piliers du rond-point et Témoin

Les piliers du rond point sont remarquables par la qualité du matériau, par leur simplicité jusqu’à la tablette des chapiteaux toscans ( ?)

Au 14ème siècle, on agrandit une seconde fois l’église en construisant les deux dernières travées de la nef latérale nord.
Cette partie de l’église tranche par son architecture beaucoup plus raffinée. En effet les deux arcs en ogive ainsi que les croisées d’ogive présentent un aspect plus soigné, tant par la facture que par l’appareillage des matériaux utilisés.

Les clés de voûte représentent l’une un blason nu, l’autre une tête d’évêque.

A droite, ci-dessus, Clé de voûte (blason nu)

Mobilier

L’église a conservé un grand nombre de statues. Certaines ont été récemment restaurées.

Buste-reliquaire de Saint Vénuste

Venustus, ou saint Vénuste, évêque d’Agde martyrisé par les Alamans vers 408.

De gauche à droite, Vierge à l’Enfant, Pietà, Polychromie

Cuve baptismale en marbre gris du Tarn, dégagée du mur en 1961.


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 7 décembre 2010
par  gs

Le Saint Roch de Romagnat

Le Saint Roch de Romagnat en l’église Saint Saturnin

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois