Saint Léonard de Noblat

Ville étape sur la route de Saint Jacques de Compostelle, au pays de l’arbre et de l’eau, Saint Léonard de Noblat jouit d’un riche patrimoine architectural dans un environnement privilégié.
Au Moyen Age, le développement du culte de Léonard, ermite dont le tombeau contribua à faire de la cité un lieu de pèlerinage célèbre, sur le chemin de Compostelle, la Via Lemovicensis, la Voie du Limousin, qui apporta une grande renommée à la ville.
Saint Léonard de Noblat s’est la patrie de Raymond Poulidor, dit « Poupou », certainement le plus célèbre miaulétous qui a pourtant vu naître de grands noms comme Louis-Joseph Gay-Lussac, célèbre chimiste du 18ème siècle.
Ce nom de miaulétous viendrait-il du « miaulement » des choucas des tours, ces petites corneilles qui vivent en colonie dans le clocher de la collégiale Saint-Léonard ou plutôt d’une déformation du diminutif occitan « liauneton » (prononcer « tou »), ou « petit Léonard », devenu « niauleton » (inversion des deux consonnes très courante en langue limousine).
Le blason de la ville porte des fers de prisonniers font référence à Saint Léonard qui selon la tradition est un saint qui ’libère’, à la fois saint patron des prisonniers et des femmes enceintes ou désirant l’être. (l’histoire raconte que Anne d’Autriche, épouse de Louis XII, 20 ans après son mariage et toujours sans descendance serait venue prier Saint Léonard, invoqué contre la stérilité des femmes.)

La collégiale Saint Léonard de Noblat

La collégiale de Saint-Léonard est un immense reliquaire conçu au début du 11ème siècle pour abriter les reliques de saint Léonard, patron fondateur de la ville.

La nef a gardé ses murs épais avec de massifs contreforts. Les ouvertures en plein cintre marquent le 11ème siècle.
Le transept, surmonté d’une tour lanterne octogonale qui éclaire l’intérieur de l’église par ses 8 fenêtres, est de la même époque.


L’église Saint Léonard de Noblat est une des plus complexes et des plus difficiles à définir et la destruction des archives capitulaires à la Révolution, réduit à peu de choses ce que l’on sait de son histoire.
Il demeure que la renommée du saint qui s’étendit rapidement au-delà de la province, la place se son tombeau sur une des grandes routes de Compostelle, l’extension de son culte, à partir du 11ème siècle, entraînèrent de nombreux et importants remaniements et adjonctions à son architecture.
Il a fallut plus de 150 ans pour que la simple église « de Chapitre », construite vers 1060, en forme de croix latine et couverte en charpente, auprès de bâtiments monastiques aujourd’hui disparus, devienne l’importante « Eglise de Pèlerinage » actuelle.
Elle fut peu à peu enrichie, à intervalles plus ou moins espacés, d’une chapelle, dite aujourd’hui, « du Sépulcre », à l’image sans doute, du Sépulcre de Jérusalem, de coupoles sur le transept, d’une élégante tour lanterne, de voûtes de conceptions diverses, d’un superbe clocher et, enfin, d’un chœur majestueux qui forme, avec son déambulatoire et ses sept chapelles rayonnantes un incomparable ensemble.
Au 13ème siècle, une façade gothique termine pratiquement l’église.
Composé ainsi d’éléments juxtaposés, élaborés, au fur et à mesure des besoins sans cesse accrus des pèlerinages, l’édifice paraît avoir échappé à tout plan d’ensemble préétabli. Il se complique de réparations et de restaurations poursuivies, au cours des âges, selon les accidents ou les dégradations du temps, la prospérité ou le déclin du culte, la tranquillisé ou les troubles de l’environnement.
Il est probable, notamment, que les consolidations disgracieuses, effectuées dans le chœur, à la fin du 16ème siècle, soient dues au désir des chanoines de l’époque, d’apporter, dans l’église, une lumière nouvelle, en exhaussant la galerie voûtée qui entourait l’abside, à l’extérieur et en contrebutait puissamment les murs.
La suppression de cet appui, jointe aux surcharges des murs surélevés entraînèrent de graves éboulements dans les parois. Les murs du chœur durent être partiellement reconstruits, les colonnes enfermées dans de lourdes maçonneries carrées. A l’extérieur, des arcs-boutants vinrent remplacer assez exactement les voûtes de la galerie détruite.
La tribune et la petite ouverture contiguë qui subsistent au sud et en haut du chœur restent les témoins probables de l’état d’origine, au 12ème siècle.
(R. Jacquand, 1987)

Le clocher

Le clocher est un très bel exemple de clocher à gâbles, typique du style roman limousin dit « clocher limousin ». Il repose sur un porche ouvert de deux côtés et orné de chapiteaux.
La communauté de chanoines qui gère l’église et le pèlerinage fait construire un superbe clocher à 7 étages avec une flèche culminant à 52 mètres : 3 étages de plan carré avec narthex ouvert de grandes arcades. En plein cintre ou en arc brisé, les baies nous font entrer dans le 12ème siècle. Au quatrième étage les fenêtres à gâble permettent de passer du plan carré au plan octogonal et le regard les suit jusqu’au sommet de la flèche.

Les chapiteaux extérieurs

Baptistère

Ce petit édifice, appelé sépulcre, chapelle Sainte Luce, et enfin baptistère depuis sa restauration, date de la première moitié du 11ème siècle.
On pense qu’il est une copie réduite du Saint Sépulcre de Jérusalem, dont la dévotion était en honneur au Moyen Age. On attribue sa construction à un pèlerin revenant de terre Sainte, peut-être un certain Goncerad, dont on a retrouvé la pierre tombale près de la rotonde.

Intérieur

Tombeau de saint Léonard : situé à l’intérieur de l’église, dans le croisillon sud, il est surmonté de sa chaîne de prisonnier. Saint de la délivrance, la tradition veut que les femmes désirant se marier et procréer viennent toucher le verrou.

Les évangélistes

Les quatre témoins les plus célèbres de la vie du Christ sont Matthieu, Marc, Luc et Jean.
L’évangile selon Marc, daterait de 67. Ceux de Matthieu et Luc auraient été écrits vers 80-90 et celui de Jean aurait été rédigé un peu avant 100.

Saint Marc, le premier des évangélistes. Son message s’adresse plutôt aux non juifs, auxquels il annonce que le Christ est le Sauveur de tous ceux qui l’accueillent.
Dans le tétramorphe, il est représenté par un lion.
Saint Matthieu, serait l’un des apôtres de Jésus. Son évangile s’adresse plutôt à des croyants venus du judaïsme. Il est nommé Lévi.
Dans le tétramorphe, il est représenté par un homme.

Saint Luc, Son évangile insiste sur l’universalisme du message évangélique et sur l’humilité du Christ.
Dans le tétramorphe, il est représenté par un bœuf.
Saint Jean, l’un des apôtres de Jésus. Il est l’auteur du dernier évangile profondément original et de l’Apocalypse. La tradition veut qu’il ait été le témoin de la mort du Christ. Dans le tétramorphe, il est représenté par un aigle.

La nef avec son chevet à déambulatoire.
Les chapiteaux intérieurs

A gauche, Saint Antoine de Padoue.
A droite, Saint Vincent de Paul.

Détails

Des maisons médiévales

Saint Léonard de Noblat a conservé de son passé de nombreuses demeures anciennes autour de sa collégiale romane. Des rues avec tourelle d’angle et des toits à bardeaux de châtaignier. Des vestiges d’anciennes échoppes, des devantures un étage en pierre et le second à colombage, des fenêtres géminées et des maisons en encorbellement.
Sous les toits des modillons sur des thèmes végétaux.
Les rues rebaptisées s’appelaient ’Marché aux vaches’, ’Marché aux grains’…
Saint Léonard de Noblat était un centre important de pèlerinage au 10ème siècle.

Raymond Poulidor dit Poupou

L’élevage

Aujourd’hui, Saint Léonard de Noblat est reconnue comme étant le berceau de la race bovine limousine où elle était déjà, au 18° siècle, fort prisée pour sa viande.
La silhouette du taureau Limousin a souvent été comparée aux bovins peints dans la grotte de Lascaux qui datent de plus de 25.000 ans.


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 24 mars 2012
par  gs

Le Saint Roch de Saint Léonard de Noblat

Sculpté dans la pierre : Calvaire de la première moitié du 16° siècle
Catégorie : Sculpture
Edifice de conservation : collégiale ; Saint-Léonard
Matériaux : calcaire (structure, monolithe) : taillé, peint (polychrome), avec apprêt
Structure : revers plat ; groupe relié
Description : Revers sans (…)

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois