Bessay sur Allier

Dès l’époque gallo-romaine, Bessay connait une occupation importante ainsi que l’atteste les vestiges d’un oppidum et le passage d’une voie romaine vers le lieu-dit «  Les billards  ».
Une charte de 1096 évoque la présence d’un officier rendant la justice au nom des seigneurs de Bourbon. En 1105, un prieuré est signalé à Bessay en tant que dépendance du prieuré de Saint-Pourçain. L’installation au milieu du 13ème siècle de Guillaume de Bourbon, fils d’Archimbault VIII, issu de la branche dite de Bessay favorise le développement de la commune. Au pied de la Motte Saint-Paul, siège du château et de la chapelle seigneuriale, détruits depuis, un faubourg se constitue.
La présence dès le 17ème siècle d’un régisseur agricole atteste l’implantation d’un relais de poste qui confirme l’importance de Bessay, par ailleurs placé sur le trajet des itinéraires royaux.
La paroisse devient commune à la révolution et acquiert sa configuration définitive en 1802 par sa réunion avec la paroisse de Neuglise et l’adjonction du Roussat.

Bessay devient Bessay-sur-Allier par décret du 3 avril 1955.

Au Moyen Age, la paroisse est groupée autour de l’église.

Eglise Saint Martin

Eglise romane (11ème et 12ème siècles ).
L’église dédiée à l’évêque de Tours est l’œuvre des moines bénédictins qui se voient confirmer la possession du prieuré de Bessay par Pascal II en 1105. Ils assument alors le service de l’église paroissiale avant qu’un prieur-curé soit établi vers la fin du 16ème siècle.
L’église est construite dans l’enceinte du cimetière et comporte une nef de quatre travées, des bas-côtés, un transept légèrement saillant et un chevet plat précédé d’une travée droite.

Deux chapelles rectangulaires communiquent avec le transept.

Le clocher de l’édifice est carré avec un faisceau de colonnettes caractéristiques du début du 12ème siècle (Clocher à deux étages).
Il abrite quatre cloches, la plus ancienne datant de 1687, une autre provenant comme le bénitier, de l’église de Neuglise.

La porte de l’église est surmontée d’une archivolte de deux voussures en plein cintre.

Le linteau est sculpté d’une représentation insolite de l’Agneau Pascal, entouré de deux loups. La composition est due à la volonté du donateur de l’œuvre, le prince Czartoryski, propriétaire de Chaugy. D’origine polonaise, il a voulu ainsi évoquer par l’agneau la Pologne menacée par deux loups, la Prusse et la Russie.

Les voûtes de la nef ont fait l’objet, à la fin de l’époque romane, d’une réfection quasi intégrale. La communication des chapelles latérales avec la travée droite s’opère par des arcs en plein cintre retombant sur des impostes garnies de rinceaux.

Mobilier
Outre des fonts baptismaux carrés de l’époque romane, le mobilier de l’édifice comprend un bénitier provenant de l’église de Neuglise, détruite vers 1850. De dimension disproportionnée par rapport à l’intérieur de l’église, il est orné d’un relief bas. Un petit personnage est distinct sur la face avant.

Statues

  • Saint Martin
  • Notre Dame des Affligés.

Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 14 juin 2013
par  gs

Le Saint Roch de Bessay sur Allier

Le Saint Roch de Bessay en l’église Saint Martin

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456